Initialement prévu pour ce mardi, le verdict dans le procès des dix (10) membres du SLECG, poursuivis pour menaces, injures publiques, coups et blessures volontaires et violences a été finalement renvoyé au jeudi 23 janvier 2020,  par le tribunal de première instance de Mafanco.

En effet le climat sociopolitique caractérisé par les manifestations de protestation des opposants dans la capitale, le déploiement sur le terrain des services de sécurité, sont entre autres raisons évoquées par le président de première instance de Mafanco.

Approché par un reporter se mosaiqueguinee.com peu après la prorogation du délibéré, un des avocats du SLECG, dira qu’au regard de la situation politique, le tribunal ne pouvait pas siéger.

« Le constat est que le tribunal ne peut pas valablement siéger, parce que les prévenus n’ont pas été extraits. Ce n’est pas la faute au tribunal. Vous avez constaté que le procureur, le président du tribunal et les avocats sont tous en place. Mais la sécurité qui doit extraire nos clients de la maison d’arrêt au palais de justice est bien déployée ailleurs pour des questions de sécurité publique», a précisé Me Salifou Béavogui.

Tout en étant convaincu, que ses clients seront libérés le jeudi, l’avocat a exhorté les enseignants à plus de patience.

Mosaiqueguinee

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here