A l’approche des élections législatives annoncées avant fin 2019 et l’élection présidentielle de 2020, l’Union des Forces Républicaines (UFR) hausse de plus en plus le ton pour exiger non seulement le respect du calendrier électoral, l’assainissement du fichier électoral, mais entend surtout s’opposer à toute tentative visant à accorder un troisième mandat au président Alpha Condé. C’est du moins ce que les responsables du parti de l’ancien Premier ministre Sidya Touré ont fait savoir à l’occasion de leur assemblée générale hebdomadaire tenue ce samedi 19 janvier au siège national du parti sis à Matam.

Prenant la parole en premier lieu, Ibrahima Bangoura, vice-président du parti a exprimé un certain nombre de préoccupations liées au processus électoral, et pour lesquelles il a donné la position du parti.

La première préoccupation porte sur la tenue des élections à date. A ce niveau, Ibrahima Bangoura n’est pas allé du dos de la cuillère : « Il n’y aura pas de glissement de calendrier électoral. Les élections législatives auront lieu, l’élection présidentielle aura obligatoirement lieu en 2020. Il n’y aura aucun glissement surtout pour l’élection présidentielle », a-t-il lancé sous les ovations de l’assemblée. Deuxième point soulevé, la question d’un éventuel troisième mandat pour le Président Alpha Condé. Là-dessus, le député de l’UFR est également clair : « Aucun président ne fera trois mandats. La Constitution prévoit deux mandats. Il n’y aura pas de troisième mandat ».

Dans la même lancée, il a insisté sur l’assainissement du fichier électoral avant l’organisation les élections en vue. « Il n’y aura plus de coup KO, parce que c’est avec le mauvais fichier qu’on fait le coup KO. Il faut que les 1 500 000 personnes non identifiées dans ce fichier soient identifiées afin d’avoir un fichier propre ». Le dernier point, c’est la tenue des élections législatives courant 2019. A ce niveau aussi, le vice-président de l’UFR n’a pas changé de ton : « Il faut que les législatives soient organisées le plus rapidement possible. On veut créer un vide institutionnel. On ne l’acceptera pas, il ne faut pas se laisser faire », a conclu Ibrahima Bangoura.

Tour à tour, Badara Condé, responsable de la jeunesse, Mme Aissata Daffé, Makanera et Saikou Yaya Barry ont abordé dans le même sens sans changer de ton. Mais pour y parvenir, ils demandent à leurs militants de se faire recenser et de faire chacun son travail afin que le slogan « Sidya Touré 2020 Sékhoutouréya » ne soit pas un vain mot.

Guineenews

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here