Guinée : entre Alpha Condé et Sidya Touré le divorce est-il consommé ?

Sidya Touré, leader de l'Union des Forces Républicaines (Guinée) et Alpha Condé président de la République de Guinée
Sidya Touré, leader de l'Union des Forces Républicaines (Guinée) et Alpha Condé président de la République de Guinée

C’est presque clair, sauf ceux qui ne croient pas à la réalité! Le divorce entre le chef de l’Etat Alpha Condé et son haut représentant est presque consommé. Alpha Condé et Sidya Touré, qui se sont alliés depuis 2015 pour affronter les autres formations politiques de l’opposition ne semblent plus manger dans la même assiette. Le courant ne passe plus, et les deux se lancent souvent des piques à l’occasion de leurs sorties médiatiques.

Pour preuve, récemment lors d’une de ses sorties médiatiques, le patron de la présidence avait qualifié ses ministres de voleurs. Cette accusation d’Alpha Condé n’est pas passée inaperçue chez le leader de l’Union des Forces Républicaines. Sidya Touré pour contrecarrer ses accusations, est allé jusqu’à porter le lourd fardeau sur l’actuel maitre de Sékhoutoureyah. Il a fallu d’ailleurs une intervention du conseiller personnel d’Alpha Condé, Tibou Camara, pour tuer toute polémique dans la cité.

Mais, rien n’est fini pour l’heure. Ça ne fait que commencer entre les deux hommes politiques, même si d’autres remarques ont déjà été constatées dans le passé. Sidya Touré qui caresse l’envie de diriger le pays en 2020, année à laquelle sortira peut-être Alpha Condé du palais présidentiel, voit de grands obstacles devant lui.

Pour être clair, l’avenir de la primature sera dans les prochains jours, si on peut tenir compte des secrets de la présidence, confié à un des adversaires politiques farouches de l’ancien premier ministre. Le nom d’un certain Fofana est souvent cité dans les couloirs du palais. Et si on fait une analyse bien ficelée, il s’agit d’un Kassory Fofana, l’actuel ministre d’Etat, chargé des investissements publics-privés. Ce dernier, est un concurrent farouche de M. Touré en Basse-Côte, région qu’ils se partagent, même si l’UFR reste pour le moment la troisième force politique du pays.

Docteur Kassory Fofana, leader de la ‘’Guinée pour tous’’ (GPT), formation politique alliée au parti au pouvoir (RPG Arc en ciel) depuis des années, son arrivée à la tête de la primature, pourrait bien lui positionner et réconforter pour la course de 2020. Et cette vision perturbe l’agriculteur Sidya Touré.

Ces derniers temps, la rencontre entre le président de l’UFR Touré et ses militants étaient toute autre. A chaque fois qu’il prenait la parole, ses piques s’adressaient automatiquement à l’opposant historique.

« Moi, je n’ai pas de budget à mon titre de Haut Représentant du chef de l’Etat. Aucun salaire n’existe entre le président Alpha et moi. Je ne dépends de personne. Ceux qui pensent que je dépends de quelqu’un se trompent », ne cessait-il d’arguer lors des récentes réunions ordinaires de son parti.

Sidya Touré veut lutter contre la bipolarisation des partis politiques en Guinée. Il trouve dangereux que la classe politique de l’opposition soit bipolarisée.

« Il faut arrêter la bipolarisation. Dans le cas de la Guinée, c’est dangereux parce que c’est la bipolarisation qui nous a amenés à cette perception communautaire de la vie politique dans notre pays », dit-il.

Au sortir des élections communales de février dernier, l’UFR a été le premier parti à crier à une mascarade électorale. Son leader et ses partisans se sont vites attaqués à leur allié de la mouvance qu’ils accusent d’avoir falsifié des résultats de certaines communes rurales et urbaines du pays, où l’Union des Forces Républicaines est sortie victorieuse.

« Cette fois encore, nous avons été victimes de fraude et tout le monde le sait. Sinon, comment est-ce qu’on peut être battu par le RPG à Matam, à Matoto et à Dixinn ? », S’était-il posé la question juste après l’annonce des résultats de ce scrutin par la CENI.

Pour mieux expliquer son mécontentement face à tout ce qu’il a subit lors des dernières échéances électorales, le président Sidya ne cache plus sa colère contre même le parti présidentiel. Il le justifie par ses termes.

« L’UFR est un parti qui ne suit personne. Nous aussi, nous avons des objectifs pour gouverner ce pays. On n’est pas allé là-bas pour suivre quelqu’un dans l’opposition républicaine pour l’aider à devenir président, on n’est pas allé de l’autre côté pour aider quelqu’un à rester là-bas. Ce n’est pas notre rôle. Notre rôle, c’est pour arriver au pouvoir nous-même », a-t-il prévenu.

A suivre…

Alpha Madiou Bah 

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here