Grève-le SLECG menace : « Si rien n’est fait jusqu’au vendredi, nous allons nous retirer des négociations »

0
Le syndicaliste Aboubacar Soumah du SLECG face à la presse
Le syndicaliste Aboubacar Soumah du SLECG face à la presse

Les négociations entre gouvernement et syndicalistes sont toujours dans l’impasse. Les discussions de ce lundi 05 Mars 2018, au Palais du peuple entre les deux parties n’ont pas permis de trouver une solution idoine à la crise qui paralyse le secteur de l’éducation depuis plus de trois semaines.

Le point d’achoppement reste toujours l’épineuse question des 40% dont les syndicalistes du SLECG exigent le paiement avant toute négociation. Un point sur lequel le gouvernement ne veut pas céder à cause dit-il des contraintes budgétaires.

Du coup, les discussions sont au point mort. Les syndicalistes pour faire monter la température menacent de se retirer de ces négociations, si aucune solution concrète n’est trouvée à leurs revendications d’ici vendredi prochain.

Ce qui risque de rendre la situation encore plus inquiétante, au grand Dame des parents d’élèves dont les enfants désespèrent de retourner à l’école.

Ledevoir

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici