Fria-Alpha Condé met en garde : « J’ai été très clair, si l’usine ferme encore… »

En arrêt depuis 2012, l’usine d’exploitation et d’alumine de Fria (1ère usine d’alumine en terre africaine) respire à nouveau la santé. Le président Alpha Condé, accompagné de son ministre d’Etat, chargé des affaires présidentielles, Dr Mohamed Diané, a présidé mercredi 20 juin la cérémonie de relance de Friguia qui a mobilisé les élus locaux de la région de Boké, les travailleurs de l’usine, les populations de Fria et plusieurs autres personnalités.

Selon le ministre des Mines et de la Géologie Abdoulaye Magassouba, la relance de l’exploitation de l’usine d’alumine de Fria est un évènement de portée symbolique pour les populations de Fria dans la mesure où la ville et les activités économiques en sont largement dépendantes.

« L’usine de Friguia a été construite sur la base d’une convention de longue durée signée le 5 Février et devenait ainsi la première usine d’alumine en terre africaine. La reprise de l’exploitation de l’usine n’est donc pas le fruit du hasard. Elle est le résultat de ces efforts mais aussi d’un engagement sincère de la société RUSAL à renforcer son partenariat avec la Guinée dans un cadre mutuellement avantageux », a expliqué le ministre des Mines.

Poursuivant, Abdoulaye Magassouba indiqué que l’usine Friguia a une capacité nominale de l’ordre de 650.000 tonnes par an d’alumine dont le transport est assuré par une voie ferrée de 160 km reliant Fria à Conakry. L’exportation, quant à elle, se fait par voie maritime à partir du port de Conakry.

De son côté, Yakov Itskov, directeur du business alumine a fait savoir que pour relancer l’usine, « chaque unité d’équipement a été complètement démontée, réparée et puis remontée. Plus de 25% d’équipements ont été nouvellement rachetés et remplacés. Ce sont 1200 Guinéens et 60 experts russes qui travaillent sur la réhabilitation de la première tranche de l’usine ». Pour lui, le budget des travaux de réhabilitation et de la relance de l’usine a été estimé à 123,5 millions de dollars.

« Pour le moment, dans le cadre du projet de la relance de l’usine, on a effectué la réparation et la réhabilitation de 616 unités d’équipements industriels. En outre, on a acheté et mis en exploitation 2 nouveaux groupes électrogènes dont la puissance totale est de 4 MW. On a aussi effectué la réhabilitation de deux cheminées d’une hauteur de 60 m, on a acheté de nouveaux compresseurs, on a aussi acheté 75 unités d’équipements neufs et 20 nouveaux camions bennes. On a effectué le nettoyage mécanique et la réparation de 144 km de chemin de fer et on a réparé et réhabiliter les stations».

Dans son discours, le président de la république, Alpha Condé s’est réjoui de la relance de l’usine de Fria : « nous sommes très heureux aujourd’hui d’être là pour la relance de l’usine. J’espère que les activités de l’usine qui ont repris vont davantage se développer et que Rusal emploiera un plus grand nombre de travailleurs guinéens. Car, il est important aussi qu’il y ait un transfert de technologie aux Guinéens ».

Par ailleurs, le chef de l’Etat a fustigé aussi le comportement des syndicalistes qui ont occasionné la fermeture de l’usine. « Nous avons dit aux syndicats : vous n’avez pas raison. Si vous mettez les revendications, Rusal va être fermée, ils n’ont pas voulu nous écouter. Donc, nous allons accompagner les miniers pour qu’ils travaillent dans la tranquillité. Ce qui s’est passé ici en 2012 va être une leçon pour tout le monde. J’ai été très clair si l’usine ferme de nouveau, je ne fournirai plus d’effort », prévient le patron de Sékhoutouréya.

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here