Thierno Mouctar Bah, un des imams de la mosquée de Bomboli, sera inhumé le vendredi 7 juin, au petit village de Yallaguè, localité située dans la sous-préfecture de Mitty, Préfecture de Dalaba. Il a trouvé la mort dans un accident de la circulation dans la nuit du lundi 3 juin, la veille de la fête de l’Eid El Fitr. Cet érudit est adulé et respecté. On dit qu’il était un homme exceptionnel. Des maux de cœur récurrents l’ont souvent contraint à faire la navette entre la France et la Guinée. Il a ses deux femmes et ses six enfants à Conakry. La semaine dernière, en provenance de Paris où il a fait six mois, il débarque à l’aéroport International Conakry Gbessia. Il est venu pour fêter Eid el fitr avec sa famille. Mais, surtout pour prendre, dans ses bras, le bébé que sa deuxième épouse va mettre au monde. Il a débarqué au bon moment. Parce que juste après avoir déballé ses bagages, sa femme a commencé le travail de l’accouchement. C’était dans la journée du lundi 3 juin. Dans la soirée, il l’a amené à Ignace Deen. Elle accouche par césarienne. Il est père d’un garçon. Quelle joie ! Il passe la journée au chevet de sa femme opérée. Puis, vers 20h. Avec le stress du voyage, le décalage horaire et le poids de l’attente de la délivrance de sa femme et du bébé, il ne tenait plus. Il a dit à sa femme qu’il rentre chez lui à la T8. Pour dormir. Il quitte l’hôpital Ignace Deen, avec un de ses fils. Un adolescent. Il arrive à la mosquée de Bomboli. Il prend sa tenue de fête. Un basin bien amidonné. Il reprend la route. Direction la haute banlieue. La T8. Mais, il était fatigué, a sommeil. Selon l’adolescent, à deux reprises, il a failli perdre le contrôle du véhicule. Ce dernier lui aurait demandé de garer pour qu’il se repose un peu. Il n’a pas voulu. « On va rentrer vite à la maison » aurait-il dit. Il fonce. Il roule. On ne sait pas ce qui est arrivé. A quelques encablures de la T8. Dormait-il ? A-t-il fait une fausse manœuvre ? Tout est qu’il a dévié de sa trajectoire et est parti heurté de plein fouet un camion garé en bordure de route. C’etait autour de 23h. Le choc devait être violent. Parce qu’il a rendu l’âme peu après l’accident. Thierno Moctar Bah était venu en Guinée, juste pour voir son bébé et tirer sa révérence. La nouvelle a bouleversé la famille. Un de ses frères nous a dit que ce jour, il a senti que le défunt était fatigué. « Quand je l’ai vu. Je lui ai dit de ne pas conduire. De se reposer. Mais, il semblait presser de rentrer chez lui. Il m’a dit qu’il pourra conduire jusque chez lui ». L’heureuse maman a appris, dans son lit de malade, le décès de son mari. Une histoire qui l’a bouleversée. D’un côté, Dieu lui gratifie d’un bébé. De l’autre, lui retire son mari. « Louange et gratitude à Allah » a entonné un des imams de cette mosquée. Le défunt laisse 2 femmes et, avec le nouveau-né, 7 enfants désormais.

Source couleurguinee

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here