En Afrique de l’Ouest et centrale, la fête de la Tabaski marquée par la crise

Beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest ou d’Afrique centrale célèbrent, ce mardi 21 août, la fête musulmane de la Tabaski. Mais dans certains pays, comme le Mali, le Tchad ou encore le Congo-Brazzaville, les célébrations et leurs préparatifs souffrent cette année de la crise.

 Mali : des moutons plus rares et plus chers à Bamako

A Bamako, les animaux, bergers et sacs d’herbe pour nourrir le bétail ont envahi les rues et les boulevards. Lundi, les derniers acheteurs se pressaient pour acquérir leur mouton de Tabaski. Bénéfices pour certains mais surtout dépenses pour d’autres, les moutons sont moins nombreux et plus chers que l’année passée.

« Compte tenu de la conjoncture, les salaires sont bas et ceux qui font le business ont du mal à vendre sur le marché ».

♦ Tchad : ambiance morose sur le marché de Karkandjier

En plein cœur de N’Djamena, au marché de Karkandjier, l’ambiance n’est pas encore à la fête. Les populations sont moins nombreuses à aller chercher leurs bêtes par rapport aux années précédentes. La crise économique qui frappe le pays depuis la chute des prix du cours du pétrole a réduit le budget des familles pour les festivités.

« Je n’ai vendu que trente moutons. A la mi-journée l’année dernière, j’avais vendu au moins une centaine de bêtes. Les clients n’ont pas d’argent. Ils négocient beaucoup les prix. Les commerçants ont du mal à vendre leurs moutons à N’Djamena ».

♦ Congo-Brazzaville : la crise affecte le commerce du mouton

La crise qui sévit dans ce pays qui compte un peu plus de 800 000 musulmans touche aussi les festivités de la Tabaski. Les vendeurs affirment avoir baissé le prix du mouton tandis que les acheteurs le trouvent plutôt exorbitant.

« Les prix sont descendus, le mouton est moins cher par rapport à l’année passée à cause de la crise. Il y en a qui coûtent 90 000 francs CFA ; puis il y a le gros à partir de 110 000 et 120 000 francs CFA. Ça dépend seulement de la capacité ».
Le prix du mouton fait débat au marché du quartier Cent files.

 

♦ Côte d’Ivoire : broderies, retouches et finitions à Treichville

Au quartier des couturiers et des bordeurs à Treichville, commune d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, chaque année, au moment de la Tabaski, les musulmans du pays se précipitent pour acheter le mouton et aussi se faire coudre la plus belle tenue pour cette grande fête musulmane.

« Pour la Tabaski, on a beaucoup de travail. Les bazins, les dentelles, les pagnes. Quand je regarde la personne, je sais déjà quel genre de modèle peut aller avec la personne ».
Branle-bas de combat chez les couturiers de Treichville.♦ Sénégal : une fête qui se décline sur internet et par téléphone

Pour les croyants, la Tabaski est l’occasion de se retrouver en famille et d’échanger directement. Mais aussi par l’intermédiaire des téléphones et des réseaux sociaux.

« Dès le début de la journée, les réseaux sociaux sont envahis de photos. On montre ses habits tout neufs, son mouton. Il faut être à la page. Des hashtags sont créés sur Twitter »…
Bonne année, prières, voeux de réussite inondent les réseaux et les messageries♦ Mauritanie : quitter la capitale pour se retrouver en famille

Cette année comme par le passé, Nouakchott se vide d’une grande partie de ses habitants qui préfèrent aller fêter en famille, à l’intérieur du pays. Depuis trois jours, les gares routières sont prises d’assaut. Personne ne veut rater les retrouvailles familiales.

« C’est un grand jour pour les musulmans. En ce jour, nous dépensons beaucoup d’argent pour répondre aux exigences du sacrifice. Là, je quitte mon travail à Nouakchott pour partager l’évènement en famille et dans mon village natal ».
Retrouvailles familiales en perspective pour les Mauritaniens
Par RFI
0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here