Un autre patriarche (le 3è) a été investi Kountigui de la Basse Côte. A l’occasion d’une réunion entre ressortissants de la Basse côte qui a eu lieu ce dimanche, 17 novembre à Boulbinet, dans la commune de Kaloum, Elhadj Souna Yansané a été investi Kountigui. Rencontré chez lui -l’intégralité de l’interview à lire prochainement sur votre site- où a eu lieu l’intronisation, Elhadj Souna Yansané, patriarche de plus de 80 ans a livré ses premiers sentiments à Mediaguinee. Selon lui, cela ferait à peu près deux années que cette proposition lui avait été faite.

« Un homme ou une personne tu ne peux pas toi-même t’investir, il faut les autres. C’est la jeunesse consciente du présent qui s’est levée avec leurs mamans c’est-à-dire les femmes, les hommes, les sages et ainsi de suite, ont compris que l’heure est grave pour la Basse Guinée. On est victimes de beaucoup de choses, la jeunesse, les femmes ont eu des ressentiments et à partir de là ils m’ont consulté jour et nuit au regard de ce qui se passe, les scandales qui se passent à travers cette ville de Conakry en l’occurrence en Basse Guinée, qui a mis chacun dans un état d’inquiétude, d’incompréhension et ils m’ont dit nous pensons puisque tu peux, tu en es capable, tu en as pour le moment la force physique et morale, lève-toi et essaie d’aider notre communauté. Tu seras une aide en même temps du pays pour prendre ce titre de Kountigui. On te sait capable au regard de tout le temps que tu as eu dans ta vie. A l’âge de 80 ans, tu en as l’expérience, tu as la capacité. Donc ils ont sollicité. Au départ je disais non. Pendant longtemps, il y a à peu près 2 ans, je n’ai pas voulu accepter accéder à leur demande mais pour ne pas être coupable demain des situations qui nous assaillent, je viens d’accepter à l’unanimité de l’assemblée d’aujourd’hui, j’ai accepté d’assumer vraiment cette responsabilité. Je leur ai donné mon avis, je me lève maintenant pour faire face à la situation pour la jeunesse qui souffre, pour les femmes qui ne savent plus à quel saint se vouer et quant aux sages c’est encore une autre vie qu’ils sont en train de vivre. Pour se faire, le premier devoir que l’on me demande c’est d’abord de créer l’entente entre les enfants du terroir et ensuite entre eux et les autres de nos régions sœurs, donc c’est une réalité je vous le confirme que la demande a été acceptée par moi et je suis prêt à assumer », a déclaré le tout nouveau patriarche

Elhadj Souna Yansané dit avoir fait ses preuves à travers Guinée avant de revenir s’installer dans la capitale. Fonctionnaire à la retraite, l’homme se dit un homme résigné et paisible

« Fonctionnaire de mon état, j’ai servi dans les régions administratives pour retourner plus tard à Conakry où j’ai quitté le service librement. Jusqu’aujourd’hui je n’ai pas reçu de reproches à ça. C’est au terme de mon service que j’ai quitté le service. Donc je suis connu d’après ce que les gens disent de moi, un homme résigné, paisible qui ne met pas sa bouche dans n’importe quelle situation et qui est là au bénéfice de mes semblables. C’est par ça qu’ils m’ont remarqué et partout, j’ai eu l’appréciation. Partout où je suis les gens voulaient être avec moi parce qu’ils trouvent que je suis assez humain, assez social », estime-t-il.

La région de la Basse Guinée a désormais trois kountiguis pour un kibanyi. Elhadj Sékhouna Soumah de Tanènè, Elhadj Mamoudou Soumah de Dixinn et maintenant Elhadj Souna Yansané de Boulbinet.

Mediaguinee

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here