Elhadj Bailo Diallo, président de la coordination Haali poular et Fulbhes de kankan à Alpha Condé : « Tant que notre administration n’est pas un miroir dans lequel l’ensemble des composantes du pays se regardent et se reconnaissent, on avancera pas… »

Elhadj Amadou Baïlo Diallo, président de la coordination Haali Poular et Fulbhe de Kankan photo libreopinionguinee
Elhadj Amadou Baïlo Diallo, président de la coordination Haali Poular et Fulbhe de Kankan. Credit photo libreopinionguinee

Elhadj Amadou Bailo Diallo, président de la coordination Haali poular et Fulbhés de Kankan et porte parole des sages du Foutah auprès de la notabilité de la Haute Guinée a accordé une interview à votre quotidien en ligne libreopinionguinee.com

Parlant de la politique actuelle, Elhadj Amadou Bailo Diallo président de la coordination Haali poular et Fulbhes de kankan a donné des conseils au président Alpha Condé, à Cellou Dalein et à tous les acteurs politiques de la Guinée :

« Je demande aux acteurs de privilégier la paix et la quiétude, que ce qui nous lie soit plus fort que ce qui nous divise. Ce pays est à nous, j’aurais souhaité que tout le monde comprenne que le développement est universel, on doit s’arrêter pour penser à ce pays. Ce que je veux dire à l’opposition dans une élection celui qui perd ne montre jamais ses insuffisances, il ne vente que ses valeurs. L’opposition doit savoir si elle arrivait demain au pouvoir sans les autres, elle ne pourra rien faire. Je veux dire au président de la République, Sékou Touré dans tout ce qu’il a fait dans ce pays, il a laissé des messages inoubliables, il a dit un jour : une action collective n’est viable que lorsqu’elle est déterminée est menée par l’ensemble. Tant que notre administration n’est pas un miroir dans lequel l’ensemble des composantes du pays se regardent et se reconnaissent, on avancera pas. Personne ne divisera la Guinée. Et de poursuivre.

« J’ai du respect pour DIALLO Tely, qui un jour m’a dit puisque j’étais indigné quand il est revenu d’Éthiopie et d’Egypte, je lui ai dit : ah, Elhadj, vous êtes revenu on n’est inquièt, il m’a dit ne vous inquiétez pas, dans un pays où il n’y a pas de moral, si tu en n’a tu meurs vite. Il m’a dit : quand Dieu a créé la Guinée, il l’a reposer sur quatre piliers naturels avec des différences linguistiques, sociologiques, historiques et climatiques. Aucune Guinée n’est possible sans l’articulation harmonieuse de ces quatres piliers… », rappelle le vieux sage.

Par Macka Baldé

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here