Echec examens nationaux : Aboubacar Soumah du SLECG fait le grand déballage

CONAKRY-Le torchon brûle entre le gouvernement guinéen et le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée à propos de l’echec enregistré cette année aux différents examens nationaux. Au cours d’une conférence de presse, le secrétaire général du SLECG a porté de graves accusations contre les autorités.

Des failles dans l’organisation des examens

« les causes de ce faible pourcentage sont entre autres: le retard de la tenue des ateliers régionaux, la précipitation dans l’organisation des examens nationaux, le manque d’écart entre les différents examens nationaux et de repos dans leur déroulement, la diffusion tardive de la note de service désignant des surveillants, faite à dessein pour en éliminer d’autres, la diminution du nombre de surveillants, de correcteurs, de secrétaires alors que l’effectif des candidats a augmenté pour cette année, les choix des personnes qui ne sont pas enseignants pour la supervision et pour le secrétariat, le manque de cahiers de brouillon, le retard dans l’acheminement des sujets dans les centres, l’absence de certains délégués », dit- il.

La politisation du secteur de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, le manque de transparence, révèle le syndicaliste.

« la sélection de certains correcteurs alors qu’ils n’évoluent pas dans les classes d’examens, la politisation des examens par militantisme et par clanisme en lieu et place des enseignants, l’usage massive des téléphones dans les salles de classe », soutient- il.

Cette sortie médiatique du secrétaire général du SLECG fait suite aux accusations de certains ministres, comme quoi, l’échec enregistré aux examens nationaux est dû à la grève des syndicalistes, version Aboubacar Soumah.

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here