Détention de Lansana Camara : la justice rejette la demande de mise en liberté du journaliste

Alors que beaucoup s’attendaient à la remise en liberté de Lansana Camara ce lundi, 1er avril 2019, tout porte à croire que le journaliste va continuer à séjourner en prison. En effet, la justice a rejeté la demande de mise en liberté introduite en fin de semaine dernière par son avocat, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Jusqu’à quand Lansana Camara restera-t-il en prison ? Nul ne saurait répondre, pour l’heure, à cette question. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que les autorités judiciaires semblent bien décidées à garder le journaliste en prison. Malgré l’illégalité de son incarcération (les délits de presse ayant été dépénalisés en Guinée), le juge d’instruction du Tribunal de Première Instance de Kaloum a rejeté la demande de mise en liberté introduite par son avocat.

La décision est tombée ce lundi, à la grande surprise de l’avocat de Lansana Camara et des responsables des associations professionnelles de médias, qui s’activent depuis plusieurs jours pour tenter d’obtenir la libération de notre confrère.

Joint au téléphone par Guineematin.com, Amadou Tham Camara, le président de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL), a regretté cette décision et annoncé qu’ils feront appel ce lundi même.

RSF « exige sa libération »

Pendant ce temps, l’indignation est grande en Guinée. Journalistes, activistes de la société civile et opposants au pouvoir en place continuent de dénoncer une violation flagrante de la loi et une atteinte grave à la liberté de la presse.

De son côté, Reporters Sans Frontières a estimé, dans un communiqué, que « cette arrestation constitue une entrave à la liberté d’information et une manière d’empêcher le journalisme d’investigation ».

L’organisation de défense des droits des journalistes « exige sa libération immédiate conformément à la loi sur la presse qui exclut les peines d’emprisonnement pour sanctionner les délits de presse en Guinée ».

A rappeler que Lansana Camara a été arrêté le 26 mars 2019 suite à une plainte du ministre des Affaires Etrangères, qui l’accuse de diffamation. Cela, en raison d’un article de presse qu’il a écrit et qui révèle un détournement de fonds au ministère des Affaires Etrangères. Il croupit depuis, à la maison centrale de Conakry.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here