Deal politique entre l’UFDG-RPG et entre le RPG-l’UFR : qui a gagné ? qui a perdu ?

Amadou Damaro Camara et Cellou Dalein Diallo au siège de l’ufdg

Le deal entre les trois formations politiques guinéennes a fait assez du bruit en Guinée ces derniers jours. L’œil de libreopinionguinee a tenté en lisant entre les lignes, à comprendre qui a gagné et qui a perdu dans cette affaire ?

La première analyse indique que : «l’accord politique signé tard la nuit du mercredi 08 août 2018, entre l’ufdg principal parti de l’opposition et le RPG arc-en-ciel parti au pouvoir, a été caractérisé par beaucoup d’amateurismes et manque de vigilance.»

Premier couac : après les premières négociations entre la mouvance et l’opposition, on constate la précipitation des choses notamment le premier compte rendu de Amadou Damaro Camara qui était complètement déconnecté des réalités de l’accord, puisqu’il a été stoppé par Cellou Dalein Diallo.

Deuxième couac : cet accord sort du cadre du comité de suivi dont l’ufr est partie prenante.

Troisième couac: Cellou Dalein sait bien que la mouvance n’a jamais respecté l’intégralité d’un accord signé entre les deux. Lors de la première rencontre, ils n’ont même pas pris la peine de faire un document qui certifie l’accord. Raison pour laquelle Damaro a tout de suite voulu renverser les choses devant les médias en faveur de son camp.

En observant les choses, on peut bien penser que Dalein et sa troupe étaient très pressés de suspendre leur manifestation de jeudi 09 août en acceptant même un accord de façon verbale, tout en sachant que Alpha Condé peut ne pas respecter cet énième accord politique.

Deal politique entre le RPG et l’ufr !

Il faut noter que l’ufr de Sidya Touré est le gagnant de cet accord puisqu’il avait été ignoré par le premier accord entre l’opposition et la mouvance.
Si vous prenez l’accord signé entre l’ufr et le RPG ce lundi 13 août 2018, on constate que l’ufr de Sidya Touré va diriger la mairie de Boke et de Matam alors qu’il était complètement ignoré lors de l’accord signé le 08 août.
Il a fallu que Sidya monte au créneau via des sorties médiatiques pour que Sekhoutoureya recule et prend au sérieux la menace du haut représentant.

Sidya peut se frotter les mains même s’il n’a pas gagné grande chose, mais il a fait comprendre à la fois à Dalein et à Alpha que l’UFR est toujours vivant. Il suffit juste de menacer de descendre dans la rue pour perturber le sommeil de Condé et de Diallo.

Il y a un autre grand risque celui de ne rien respecter parmi ces différents accords puisque le pouvoir cherche à gagner du temps pour qu’on s’éternise sur cet accord afin de penser pouvoir décaler les calendriers électoraux à venir ( législative et présidentielle.)

Il faut être très vigilant et stratège au risque de se retrouver comme à la Kabila du Congo « deux ans supplémentaires »…

Macka Balde

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here