Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Dakar : Première apparition publique de Diary Sow depuis son retour au Sénégal en janvier

Première apparition publique de Diary Sow depuis son retour au Sénégal en janvier. La jeune romancière était invitée avec de nombreuses autres personnalités sénégalaises au « Forum exclusivement féminin » organisé par l’Institut Français de Saint Louis du 25 au 28 mars.

Sa disparition, en janvier 2021, avait ému et mobilisé la diaspora sénégalaise. La jeune femme avait quitté volontairement la France, où elle suivait des cours en classe préparatoire au prestigieux lycée parisien Louis le Grand. Pendant des semaines, elle est restée introuvable.

Fin janvier, on retrouve Diary Sow à la Une de la presse sénégalaise. Elle est saine et sauve et est rentrée au Sénégal. La jeune étudiante n’explique pas ses motivations et reste très discrète. La sortie de son livre, annoncée sur son compte instagram en février, nourrit alors toute sortes de spéculations. Certains internautes l’accusant d’avoir orchestré sa disparition à des fins publicitaires…

Ce 25 mars, la jeune Sénégalaise fait partie des invitées du « Forum exclusivement féminin » organisé par l’Institut Français de Saint Louis. Diary Sow intervient pour  partager son expérience d’écrivain, au milieu de personnalités influentes, de femmes innovantes de la société africaine. Également conviées : la créatrice de mode Rama Diaw ou la journaliste et militante française Rokhaya Diallo.

Comme d’autres participantes, et pour cause de pandémie, Diary Sow a dû intervenir par visio conférence. De chez elle, après avoir calmé un petit enfant qui se manifestait par quelques cris, elle prononce une allocution dans laquelle elle revient sur ses motivations. Au départ elle dit avoir écrit pour elle : « Quand j’étais petite, je n’ai jamais rêvé d’être écrivain. Je n’ai jamais songé à une grande cause ou à sauver l’humanité. J’ai écrit pour la première fois pour ma satisfaction personnelle, parce que je songeais d’abord à ma propre consolation, à mon propre plaisir. « 

C’est plus tard qu’elle s’est sentie investie d’une mission : écrire pour être lue et publiée. La jeune femme de 20 ans déploie un plaidoyer féministe. En observant les femmes de son entourage, elle s’est rendue compte qu’elle n’avait pas envie de se conformer à leur modèle. « J’ai donc commencé à noter les inégalités, à lire des romans sénégalais sur la condition de la femme dans nos sociétés. » Elle s’instruit grâce à « cette littérature qui dérange car elle remet en question les bases de l’équilibre de la société et de l’ordre patriarcal établi et dominant. » C’est ce qui l’a poussée à revoir ses motivations pour écrire :« Il ne fallait plus écrire pour soi, mais pour les autres aussi. »

Elle livre, enfin, sa vision de la condition de la femme.  Beaucoup, selon elle, reste à faire : « cette progression est encore peu suffisante si l’on considère le nombre de combats qu’il reste à mener : la polygamie abusive, les violences physiques et verbales, le sexisme, le viol etc. La revendication féministe est arrivée relativement tard au Sénégal, par rapport au monde occidental, et il y a du chemin à parcourir. »

Elle explique comment être soi-même :

Lors de son intervention, à aucun moment, l’autrice n’a expliqué pourquoi elle a décidé de disparaître, un temps, en janvier dernier.
Libreopinionguinee avec TV5

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.