Crise au Port autonome de Conakry : de graves accusations contre les forces de l’ordre. « Il y a des femmes qui ont été déshabillé. Il y a même eu des tentatives de viol »

Comme promis la semaine dernière, le syndicat du port autonome de Conakry a tenté de tenir une assemblée générale ce lundi 10 septembre 2018, devant la direction générale du port. La rencontre a été dispersée par les forces de l’ordre à coup de gaz lacrymogène.

Selon le secrétaire général de la cellule syndicale du port, cet acte est une violation du droit des travailleurs. « Nous avons été gazé par les forces de l’ordre. Ils ont arrêtés certains de nos collègues. Il y a des femmes qui ont été déshabillé. Il y a même eu des tentatives de viol. Il y a eu des vols au niveau de la caisse. C’est une violation flagrante de la norme internationale de travail », déplore Cheik Touré.

Cependant, le secrétaire général de la cellule syndicale du port autonome de Conakry, indique qu’ils ne vont pas baisser les bras et que la protestation va continuer jusqu’à la satisfaction de leur besoin.

Il faut rappeler que ce différend entre les syndicalistes et les autorités du port autonome de Conakry, provient de la signature de l’accord de concession du port à la société turque ‘’Abairak’’.

Libreopinionguinee avec lejourguinee

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here