Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Confection de faux actes de naissance : un responsable communal condamné à Lélouma

La justice de paix de Lélouma a condamné récemment le secrétaire général de la commune rurale de Diountou, dans la préfecture de Lélouma. Reconnu coupable de faux et usage de faux en écriture publique, Abdoul Karim Koulibaly a écopé d’un an d’emprisonnement assorti de sursis. Il doit également payer une amende d’un million de francs guinéens.

Selon les informations confiées à un correspondant de Guineematin.com basé à Labé, ce responsable communal était accusé d’avoir confectionné plus de 400 faux actes d’extrait de naissance, sans passer par le service d’Etat civil. Au cours de son procès, qui a eu lieu le 1er avril 2021, Abdoul Karim Koulibaly a reconnu les accusations portées à son encontre. Et, la justice de paix de Lélouma l’a condamné à un an d’emprisonnement assorti de sursis et au paiement d’une amende d’un million de francs guinéens.

« M. Karim Koulibaly était poursuivi pour établissement de faux actes de naissance, c’est-à-dire faux en écriture publique et authentique. Il était poursuivi avec le maire de la commune rurale de Diountou. Au terme des débats, M. Karim Koulibaly a été déclaré coupable après avoir reconnu les faits mis à sa charge. Sur ce, il a été condamné à un an d’emprisonnement assorti de sursis et le paiement d’un million de francs guinéens d’amende puisqu’il maîtrise beaucoup l’administration », a indiqué Ousmane Koulibaly, le juge de paix de Lélouma, joint au téléphone.

De son côté, le maire de la commune rurale de Diountou, qui était poursuivi pour complicité dans cette affaire, a été renvoyé des fins de poursuite « pour délit non imputable ». « J’ai saisi cette occasion pour lancer des avertissements à tous les élus locaux, à tous les services d’État civil qui falsifient les actes d’extrait de naissance en dehors des délais légaux », ajoute le juge Ousmane Koulibaly.

Par ailleurs, la justice a ordonné le recensement de toutes les familles dont les enfants ont reçu les faux actes d’extrait de naissance émis par le secrétaire général de la commune rurale de Diountou, afin de procéder à leur remplacement. A noter que ce procès s’est déroulé en présence de représentants de la communauté de Diountou, issus notamment de la jeunesse et de la société civile.

Guineematin.com

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.