Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Conakry : des conservateurs de la nature manifestent contre le ministre Oyé Guilavogui

Rien ne va plus entre le ministre d’Etat, ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui et les éléments du corps des conservateurs de la nature. Au nombre de plus de 3000 personnes, ces agents n’approuvent pas la décision de leur ministre de leur retirer certaines attributions au profit la gendarmerie environnementale. C’est pourquoi, certains d’entre eux ont manifesté ce mardi, 9 février 2021, dans les locaux de leur direction générale, située à Donka, dans la commune de Dixinn, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« A bas Oyé Guilavogui, Oyé, zéro, ministre zéro », ce sont entre autres les slogans que scandaient plusieurs conservateurs de la nature, rassemblés dans les locaux de la Direction générale du corps des conservateurs de la nature (D.G.C.C.N) pour se faire entendre. Les manifestants dénoncent leurs difficiles conditions de vie et de travail et affichent leur inquiétude par rapport à leur avenir. Et, c’est la récente sortie médiatique de leur ministre, Oyé Guilavogui, qui aurait annoncé le rattachement de certaines attributions de ce corps à une brigade de la gendarmerie nationale, qui a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Tous en treillis, ils se sont rendus d’abord au bureau du directeur national des Eaux et Forêts, le Colonel Layali Camara, avant de se rendre chez le directeur général des Eaux et Forêts, le Colonel Namory Keïta. Ils ont exposé leurs problèmes à leurs responsables hiérarchiques. « Les jeunes sont venus exprimer leur mécontentement quant à la décision du ministre de donner les attributions du corps des conservateurs de la nature à la gendarmerie environnementale. On a nos attributions et nous avons besoin que ces attributions soient respectées.

Si vous voyez ce mouvement, c’est pour demander leur départ (le ministre Oyé Guilavogui et les responsables de la Direction générale, ndlr). Nous seuls, on peut faire ce travail et nous faisons plus de résultats qu’eux. Mais, cela n’apparaît nulle part si ce n’est que dans le rapport du ministère de l’Environnement. Voyez ce rapport, ce sont des activités faites par les jeunes conservateurs sur l’étendue du territoire national.

Les gendarmes sont là en train de spolier notre sphère et ils ne sont là que pour le profit. Et vraiment, nous sommes fatigués. Nous avons plus de trois promotions à notre actif. Les deux autres qui ont été formées n’ont pas encore bénéficié de nomination au grade et la première promotion est là depuis plus de 7 ans, chacun porte toujours le même grade. Tandis que chez les autres, il y a eu trois, quatre, cinq voire six avancements.

Des gens avec lesquels nous avons commencé sont déjà au sommet. A un certain niveau, on nous a promis que notre ravitaillement serait régularisé. Nous n’avons pris cela qu’une seule fois et depuis, plus rien. Ce qui est curieux, on nous a dit que notre situation de nomination au grade a été déposée ; mais, d’autres disent que le document a été égaré. Donc, en tant que jeunes soldats, nous disons que nous sommes inquiets de notre sort.

Si on veut confier notre responsabilité à la gendarmerie, qu’on le sache et que désormais, ils nous orientent vers un autre domaine. Mais, si nous devons remplir notre tâche désormais, nous voudrions qu’on ait cette latitude et cette garantie que nous pouvons faire notre travail sans que cela ne soit mélangé à autre chose. La gendarmerie a ses attributions et nous avons les nôtres », a expliqué un manifestant sous couvert d’anonymat.

Abondant dans le même, le caporal-chef, A. C, porte-parole du groupe, a laissé entendre que les conservateurs de la nature sont ignorés par les autorités guinéennes. « Ça fait 8 ans maintenant qu’on n’a pas de grade. La gendarmerie en a eu, la police en a eu, l’armée et la douane en ont eu. Et nous, ils s’en fichent de nous. Ou bien nous ne sommes pas des Guinéens ? On n’a pas de ravitaillement, ni rien. Ils sont même venus soutirer de l’argent avec nous.

Chaque élément a payé 60 000 francs guinéens pour dire qu’ils vont nous ravitailler mais jusqu’à présent, on n’a pas eu notre riz et on est sans situation. On ne va pas se révolter, casser ou blesser quelqu’un parce que nous sommes dans un Etat de droit. Alpha Condé a dit de gouverner autrement, nous aussi, nous revendiquons autrement. Nous voulons venir pacifiquement devant le président Alpha Condé, lui expliquer notre situation et dire qu’on en a marre », a-t-il fait savoir.

Après avoir reçu les manifestants, le Colonel Namory Kéïta, directeur général du corps des conservateurs de la nature, leur a répondu sans pouvoir les convaincre. « Tout ce que je peux vous dire, en tant que directeur général, j’ai fait à la limite de mes prérogatives en ce qui concerne le grade. Et, personne d’entre vous ne peut dire le contraire. Nous avons fait des propositions de nomination au grade que nous avons déposées à qui de droit.

C’est là-bas que se limitent mes prérogatives. Moi, je me limite au ministre, je ne peux pas dépasser le ministre. Et, le ministre a pris toutes les dispositions pour les nominations au grade. Même hier, au conseil des ministres, il l’a dit. Et, nous travaillons en partenariat avec la gendarmerie qui est un service d’appui au corps des conservateurs de la nature », a-t-il déclaré.

Des propos qui ont attisé la colère des protestataires, faisant monter la tension sur les lieux.

Guineematin.com

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.