Cellou Dalein : « Sidya m’a appelé pour me demander si j’étais au courant de ce qui se passe »

Conakry-L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) multiplie les dénonciations de ce qu’il appelle ‘’mascarades électorales’’ orchestrées lors des élections communales du 04 février dernier.

Au cours d’une conférence de presse qu’a animé son président Cellou Dalein Diallo cet après-midi dans un complexe hôtelier. A cette occasion, le chef de file de l’opposition a indiqué que tous les recours déposés par son parti ont été rejetés par la justice. Toutefois, le parti affirme qu’il ne va pas se laisser faire. Après concertation, les voies à suivre vont être dévoilées, a-t-il annoncé.

«Les résultats des élections communales ont été modifiés dans plusieurs circonscriptions par les commissions administratives de centralisation de vote. Jusqu’à présent à tous les niveaux lorsqu’on vous dit dans des bureaux que l’UFDG a plus de 3 mille voix et le RPG 150, personnes n’a nié. On dit qu’on ne retrouve pas ces PV alors qu’ils ont été déposés dans les CACV (Commission Administrative de Centralisation des Votes). Mais lorsque vous venez à Kindia, Matoto et ailleurs, c’est les procès verbaux perdus sont ceux où l’UFDG gagne majoritairement. On a les numéros de PV dans les quartiers. On a introduit tout ça au niveau du tribunal qui n’a pas voulu statuer objectivement et conformément à la loi. Nous sommes convaincus de ce que nous avançons. Si le RPG dit qu’il est victime de vol, c’est lui qui a les moyens de voler. Nous n’avons aucun moyen de voler », déclare Cellou Dalein Diallo.

Récemment, le chef de file l’opposition et le Haut Représentant du chef de l’Etat se sont rencontrés pour discuter de certaines irrégularités liées à l’organisation du scrutin du 04 février dernier.

El Hadj Cellou Dalein Diallo a précisé que Sydia Touré l’a interpellé pour formuler une plainte commune à Kolaboui, une commune rurale de Boké. « Depuis le début des fraudes on s’est concerté. Il m’a appelé pour me demander si j’étais au courant de ce qui se passe. On a fait des plaintes communes à Kolaboui, lorsqu’on a vu des bulletins pré-cochés avec le sous-préfet dans un quartier. Ce sont les militants de l’UFR qui étaient les premiers à dénoncer. Ils ont sollicité l’appui de l’UFDG, on a formulé ensemble une plainte. On a mis en demeure le préfet d’arrêter cette magouille » précise-t-il.

A la question de savoir s’il y’aura une alliance entre les deux partis, le leader de l’UFDG notifie qu’ils sont en train d’en discuter et que chacun défend les intérêts de son parti.

Poursuivant, le président de l’UFDG affirme que son parti a déposé toutes les preuves devant les juges mais ceux-ci ont préféré ne pas dire la loi parce qu’ils sont associés à la fraude. Une situation qui frustre les candidats qui affirment qu’ils ne vont pas se laisser faire. D’ailleurs après concertations, le parti va dévoiler les démarches qu’il compte suivre pour être rétabli dans son droit.

«Nous sommes en train de nous concentrer pour savoir qu’est-ce qu’il y’a lieux de faire. Vous avez vu les candidats sont frustrés et évidemment ils sont dans leur droit de protester », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition n’a pas manqué de fustiger les violences et l’impunité qui caractérisent les tueries multiples des militants de l’opposition.

965 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here