Cellou Dalein Diallo sur le Déguerpissement à Dar-es-Salam : « on continue de détruire alors qu’il n’y a eu aucun projet sur les sites… »

0
Cellou Dalein Diallo
Cellou Dalein Diallo
Le déguerpissement des populations riveraines de la décharge de Dar-es-Salam, dans la commune de Ratoma, est mal perçu par le chef de fie de l’opposition guinéenne. Cellou Dalein Diallo a fustigé le comportement impitoyable de l’Etat qui n’a aucun projet à réaliser sur les sites déguerpis. Le président de l’UFDG l’a dit ce samedi, 25 mai 2019, à l’occasion de l’assemblée générale de son parti.

Après avoir passé plusieurs semaines à l’étranger, Cellou Dalein Diallo a présidé l’assemblée générale de l’UFDG de ce samedi. Pendant son discours, le chef de file de l’opposition a abordé plusieurs sujets d’actualité, notamment le déguerpissement des populations riveraines de la décharge de Dar-es-Salam, dans la commune de Ratoma.

Selon lui, « on continue de détruire alors qu’il n’y a eu aucun projet sur les sites. La cité Douane, la cité police, c’est pour l’Etat. Il y a combien d’années c’est détruit ? Mais, attendez au moins d’avoir un projet concret de mise en valeur des sites et prenez les dispositions pour indemniser et aider les déguerpis. Mais non, c’est la haine. Du côté de Dar-es-Salam, ils ont commencé des destructions massives sans avoir pris nécessairement aucune disposition. C’est comme si on a une armée d’occupation. Aucune pitié pour les citoyens. Un pauvre citoyen de Dar-es-Salam qui passe toute ta vie à attendre une maison, l’Etat prend sa force pour détruire, sans t’aider à t’installer. C’est incroyable », a-t-il laissé entendre. Pour Cellou Dalein Diallo, le devoir de son parti est de promouvoir la tolérance, la fraternité entre les fils du pays. « Dieu a voulu qu’on soit tous des guinéens, nous avons le devoir de nous entraider, d’être tolérant les uns vis-à-vis des autres pour que nous vivions dans la concorde, dans la fraternité, dans la solidarité », a lancé l’opposant. Il faut rappeler que selon les informations, ce sont au total 282 bâtiments qui ont été démolis, 2 249 citoyens touchés par la casse de Dar-es-Salam. Parmi eux, on dénombre 545 élèves, dont 108 candidats aux différents examens. Il y a également deux (2) mosquées, un (1) cimetière, une (1) clinique et une (1) école Franco-arabe de 183 élèves, dont 78 filles qui sont affectés. A ces chiffres vont s’ajouter des dizaines d’autres bâtiments qui ont été cochés hier vendredi par les agents du ministère de la Ville. Libreopinionguinee avec guineematin

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici