Cellou Dalein à l’AG de l’UFDG : « Avec Alpha Condé, il n’y a aucune chance. Il faut qu’on ait ça dans l’esprit et qu’on exige enfin son départ… »

0
Cellou Dalein Diallo au siège de l’UFDG
Cellou Dalein Diallo au siège de l’UFDG

A l’occasion de l’assemblée générale de son parti, ce samedi, 29 décembre 2018, Cellou Dalein Diallo s’est exprimé encore une fois sur l’assainissement de Conakry, initié par le gouvernement guinéen. Une mesure qui vise à mobiliser les ministres et tous les citoyens de la capitale pour rendre propre la ville. Le chef de file de l’opposition guinéenne s’insurge contre cette initiative des autorités qui, selon lui, relève de l’amateurisme.

A l’image du dernier samedi de chaque mois, beaucoup de citoyens ont été empêchés de circuler ce samedi matin à Conakry. Certains ont vu leurs motos arraisonnées par la police qui avait érigé des barrages dans les carrefours de la ville pour empêcher le passage de tout engin roulant. C’est le cas de plusieurs militants de l’UFDG qui voulaient se rendre au siège du parti à la Minière pour assister à l’assemblée générale de la formation politique. C’est Cellou Dalein Diallo qui l’a annoncé, dénonçant cette mesure du gouvernement.

« Ils sont dans les commissariats, dans les escadrons de la gendarmerie. Donc ils sont obligés de rester chez eux parce qu’il y a cet assainissement bidon, que le gouvernement incompétent et incapable fait semblant d’organiser tous les samedis. Ce n’est pas comme ça qu’on fait l’assainissement, on ne réinvente pas la roue. Il y a un dispositif à mettre en place pour qu’il y ait la discipline. Mais c’est des décisions populistes pour qu’on dise oui, on travaille. Dans tous les pays, il y a une organisation qui est mise en place pour l’assainissement. Ça, c’est un assainissement bidon », a dit le chef de file de l’opposition.

Le président de l’UFDG en a profité pour revenir sur plusieurs autres questions qui fâchent l’opposition guinéenne. C’est notamment le processus d’organisation des élections locales. L’opposant rappelle que ce processus dure depuis une année maintenant et jusqu’à présent il n’est pas achevé. Une première dans l’histoire, a indiqué Cellou Dalein qui fustige les agissements du pouvoir dans la gestion de ces élections.

« Ils ont volé dans les urnes, ils ont volé dans la centralisation, maintenant ils sont en train de voler dans l’installation des maires. Aucun recours. Vous prouvez, vous avez tous les éléments, vous avez toutes les preuves, il n’y a aucun recours qui peut fonctionner pour vous restituer les suffrages volés, les sièges confisqués. Et avec arrogance et mépris, ils décident de suspendre une partie importante de la Constitution qui est l’article 10 qui autorise les manifestations », a-t-il déploré.

Malgré tout, Cellou Dalein Diallo se félicite du combat mené par son parti qui a réussi à avoir 78 quartiers sur 128 à Conakry lors de ces élections locales. « Ça veut dire que lorsqu’on travaille, on a le résultat. Mais malheureusement, en face, on a un Etat briguant, un Etat voyou. Si nous voulons que notre pays connaisse une vraie démocratie, que soient respectés dans ce pays les principes et les règles de l’Etat de droit, qu’il y ait la protection des droits humains, ce n’est pas avec Alpha Condé. Avec Alpha Condé, il n’y a aucune chance. Il faut qu’on ait ça dans l’esprit et qu’on exige enfin son départ », a lancé le président de l’UFDG.

Libreopinionguinee avec Guineematin.com

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici