Casse de Kaporo rails et Kipé 2 : la ministre Mariama Sylla dénonce un « délai insignifiant »

0

La ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance a regretté le cours délai accordé aux déguerpis de Kaporo-rails, Kipé 2 et Dar-Es-Salam par le ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire avant de casser leurs bâtiments. Hadja Mariama Sylla plaide également pour le dédommagement des victimes. Elle l’a dit ce lundi, 27 mai 2019 à l’occasion d’une conférence de presse organisée dans un réceptif hôtelier de Conakry. « J’exprime ma solidarité à ces populations par rapport à ce qui leur arrive. Parce que le délai qu’on leur a accordé est un délai insignifiant, c’est-à-dire que c’est un délai qui est très court. Par rapport à cette situation, vous savez que nous avons des travailleurs sociaux. On a mis les travailleurs sociaux sur le terrain pour qu’ils puissent, sur le plan psycho-social, accompagner ces familles qui ont été victimes de ces opérations de déguerpissement. Mais malheureusement, les populations n’ont pas voulu recevoir ces travailleurs sociaux », a notamment dit Hadja Mariama Sylla. Par ailleurs, la ministre s’est réjouie de l’annonce faite par le gouvernement de dédommager les victimes, notamment celles de Kaporo Rails et Kipé 2. « Je salue l’initiative de monsieur le président de la République d’accompagner ceux qui détiennent des documents, tels que des titres fonciers. Sinon moi, je suis solidaire de ce qui leur arrive et je leur exprime ma compassion », a dit Hadja Mariama Sylla.

Sur d’autres aspects de sa communication, la ministre est revenue sur les difficultés auxquels son département est confronté. « Les réelles faiblesses de mon département, c’est la faible perception de la mission de mon département par les communautés. On pense toujours que c’est le ministère qui est chargé de la mobilisation sociale. L’autre faiblesse est le budget alloué à mon département, est faible par rapport à tout ce que nous avons comme mission et objectifs à atteindre. L’autre chose, c’est par rapport au manque de siège. Nous n’avons pas un siège pour le département, les structures sont éparpillées à travers la ville. Aussi, nous communiquons moins. Donc, je salue aujourd’hui que ce ministère soit doté d’un conseiller en communication. Mais, vous savez que la communication suscite de gros moyens et nous sommes à moins d’un pour cent du budget national. L’autre faiblesse, c’est l’ameublement, surtout au niveau des structures déconcentrées et ça, on n’est pas représenté. C’est difficile. Le ministère se résume à un seul directeur…». Pour faire face aux défis qui assaillent le département, Hadja Mariama Sylla plaide pour plus de ressources. « Je plaide à ce que nous ayons des ressources substantielles… C’est pourquoi on a opté pour la stratégie du faire-faire. Nous voulons, dans les prochains jours, meubler le cadre organique de notre département. Nous travaillons dans ce sens-là avec le ministère du budget et de la fonction publique ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici