À la barre, le capitaine Alkhaly Facinet Touré, seul accusé dont les interrogatoires ont eu lieu ce jour,  a reconnu détenir une arme même après l’instruction de rendre les armes. L’officier explique cette décision par le fait d’avoir eu l’autorisation et étant un officier de garnison des blindés.

Cependant, dit-il « quand on procédait à l’attaque de l’armurier, j’avais déjà été arrêté bien avant». Il expliquera par ailleurs, avoir été appelé par sa hiérarchie pour une réunion avant d’être auditionné sur les lieux et conduit à la maison centrale.

En effet, durant cette journée, la défense a profité pour demander la libération du capitaine Alkhaly Facinet Touré. Ils ont expliqué cette demande par le fait que le capitaine était en prison, lorsque le fait qu’on lui reproche se produisait.

Tout comme le ministère civil, la partie civile a rejeté en bloc cette demande de la défense, tout en brandissant l’argument selon lequel, qu’il est trop tôt pour le faire.

Le tribunal a, pour sa part, rejeté la demande de mise en liberté du capitaine Alkhaly Facinet Touré ainsi que celle de tous les autres et a ordonné la comparution du chef hiérarchique dudit capitaine.

L’affaire a été ainsi renvoyée au 06 Janvier 2020.

Mosaiqueguinee

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here