Attaque d’un véhicule de transport à Faranah : le chauffeur accusé de complicité avec les bandits

Des coupeurs de route ont attaqué un véhicule de transport dans la nuit du dimanche au lundi, 12 novembre 2018 dans la préfecture de Faranah. Ils ont fouillé les passagers et enlevé tout ce qu’ils avaient sur eux. Les passagers accusent le chauffeur d’être en complicité avec les bandits, a appris le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

 

Cette attaque a eu lieu aux environs de 4 heures du matin d’hier lundi, 12 novembre, dans la sous-préfecture de Hérémakono (Préfecture de Faranah). A 17 km environ de la ville de Faranah, un groupe d’individus armés est venu prendre le contrôle d’un mini bus de transport en provenance de Conakry pour Kissidougou. Les assaillants ont conduit le véhicule dans la brousse où ils ont fouillé les 16 passagers et enlevé tout ce qu’ils avaient comme argent et biens. Les passagers ont saisi la gendarmerie de Faranah. Ils accusent le chauffeur d’être complice de ceux qui les ont attaqués.

Car, selon Moussa Keita, ingénieur en service au ministère de l’Environnement, depuis leur départ de Gomboya dans la préfecture de Coyah jusque-là où ils ont été attaqués, le conducteur du véhicule a montré un comportement assez douteux. Il indique que le chauffeur a plusieurs arrêts juste pour les retarder sur la route et que c’est lui-même qui s’est arrêté et éteint la véhicule en pleine brousse pour attendre les bandits. « Il s’est garé en pleine brousse où il n’y a aucun village ni personne aux alentours, il a demandé aux passagers pour se mettre à l’aise.

Je lui ai dit que ce n’est pas prudent de s’arrêter à un endroit comme ça à une heure pareille parce qu’on risque de se faire attaquer. Il a dit non, que les gens vont juste se mettre à l’aise et puis on va continuer. Mais, c’était juste un moyen de nous retarder pour attendre l’arrivée des bandits. Quelques temps après, on a bougé et on a continué jusqu’au niveau du virage de Dokoto. Il s’est garé encore, il a éteint le véhicule et même les phares. C’est ainsi que les bandits sont venus, fusils en mains pour nous attaquer. Ils ont fait semblant de gifler le chauffeur qui s’est immédiatement levé de son fauteuil pour aller s’asseoir avec les passagers derrière.

Les assaillants ont allumé le véhicule et nous ont conduits dans la brousse, à environ 250 m de la route nationale Mamou-Faranah. Ils ont fouillé tout le monde pour prendre tout ce qu’on avait sur nous. Moi par exemple, ils ont pris mes deux téléphones portables que je venais d’acheter, un ordinateur portable, une carte bancaire internationale, une somme de 150 000 francs et d’autres documents. D’autres avaient de très forte sommes d’argent mais ils ont tout emporté », a expliqué ce fonctionnaire.

Le matin, les passagers sont allés saisir la Brigade de recherche de Faranah de cette situation. Les gendarmes se sont rendus sur les lieux de l’attaque, puis ils ont entendu les passagers et le chauffeur. Mais, le commandant de la Brigade de recherche que nous avons interrogé, se réserve pour l’instant de tout commentaire sur cette affaire. Il indique tout simplement que l’enquête se poursuit pour tenter de faire la lumière sur cette attaque. Le mini bus se trouve actuellement dans les mains du syndicat des transporteurs de Faranah tandis que le chauffeur est détenu par la gendarmerie.

 Guineematin.com

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here