Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Alpha Condé à propos du RPG et de ses alliés : « ils devaient changer leur logiciel mental… »

Dans sa volonté de gouverner autrement, le président de la République menace de traquer des fraudeurs et de lutter contre l’évasion fiscale. Alpha Condé dit avoir mis les points sur les i avec son parti et ses alliés avant d’accepter sa candidature au scrutin du 18 octobre.

‘’Lorsque mon parti, le RPG et ses alliés ont décidé de présenter ma candidature, je leur ai dit très clairement qu’ils devaient changer leur logiciel mental et se préoccuper enfin de ces centaines de milliers de démunis qu’ils ont une fâcheuse tendance à oublier en dehors des périodes électorales’’, rappelle le président de la République.

‘’De mon côté, je les ai prévenus que je ne ferai pas de chasse aux sorcières, mais je ne tolérerai aucune corruption, aucune malversation, aucun clientélisme, aucun népotisme, aucun trafic d’influence’’, ajoute-t-il.

Pour impulser un nouveau mode de gouvernance, dit-il, ‘’j’ai demandé à la Banque africaine de développement (BAD) de m’aider à certifier les cadres de l’administration, les plus brillants d’entre eux étant trop souvent écrasés par les plus médiocres.  J’ai établi des contrats de performance pour chacun des ministres’’.

S’ils les remplissent, mentionne-t-il, ‘’ils auront une prime ; dans le cas contraire, ce sera la porte. J’ai décidé que, dorénavant, aucun conjoint de haut fonctionnaire, détenteur d’une charge d’État ne pourra exercer une activité privée dans le même domaine. Toutes les sociétés soumissionnaires de marchés d’État dont une enquête a établi qu’elles tombent sous le coup du  conflit d’intérêts seront dissoutes’’.

Aux dires d’Alpha Condé, ‘’nous allons traquer les fraudeurs grâce au Guichet unique du commerce extérieur et lutter contre l’évasion fiscale. L’objectif est de doubler nos recettes sans taxes supplémentaires, mais en faisant en sorte que tout citoyen paie l’impôt en fonction de ses revenus, ne serait-ce que 1000 francs pour les plus modestes’’.

‘’Nous devons être plus rigoureux et plus transparents encore que ce qu’exigent le FMI et la Banque mondiale. Moi-même, je fais en ce moment des descentes surprises dans les administrations à 8 heures et à 16 heures pour vérifier qui est présent, à commencer par les ministres (…) C’est cela gouverner autrement: une  véritable révolution culturelle’’, indique le numéro guinéen dans Jeune Afrique.

Libreopinionguinee avec VisionGuinee.Info

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.