Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG, était l’un des invités de  émission « Les Grandes Gueules », ce jeudi 10 janvier 2019. Mais, la plupart des guinéens n’ont pas pu écouter le message délivré par le leader syndical. Car les auditeurs ont perdu le signal au moment où le leader du syndicat des enseignants commençait son intervention. Après l’émission, Aboubacar Soumah s’est rendu au siège du SLECG où l’attendaient de nombreux enseignants. Et devant eux, il a pris la parole pour dénoncer un musellement visant à l’empêcher de se faire entendre. « Comme vous l’aviez constaté, hier on devrait procéder à la signature du protocole d’accord. Mais jusqu’à la dernière minute, nous n’avons pas eu cette possibilité parce que tout simplement, le gouvernement avait voulu introduire une phrase dans le libellé du texte. Une phrase qui demandait à ce qu’il n’y ait pas grève à l’approche des examens. Nous avons dit que cette phrase-là ne méritait pas d’être indiquée dans le protocole. Et si elle est inscrite, cela dénote que le gouvernement n’est pas prêt à respecter ses engagements. Et donc, pour cette raison, nous ne sommes pas prêts, si cette phrase existe dans le protocole, nous ne sommes pas prêts à signer le protocole. Ce qui a fait qu’hier, après l’heure indiquée, et malgré l’appel que nous avions reçu de la part du ministre d’Etat, Tibou Camara, qui nous a demandé de lui accorder 30 minutes, mais le gouvernement ne s’est pas déplacé. Ce qui a fait que nous avons demandé aujourd’hui à tous les enseignants, toutes les préfectures de procéder à une marche. Ce matin, j’étais en route pour assister à l’émission « Les Grandes Gueules » où j’étais l’invité du jour, lorsque j’ai été appelé par le ministre Tibou Camara, qui m’a demandé où j’étais, je lui ai indiqué ma position que je venais à l’émission « Les Grandes Gueules. Il m’a dit non, il faut renoncer à cette émission, dis-leur que tu démissionne et tu viens me trouver. Le texte est déjà prêt, tu vas le lire, on va procéder à la signature avant midi. Je lui ai dit non, je suis déjà au studio, je ne peux pas retourner. Donc, après avoir commencé l’émission à la radio Espace, ils ont coupé la radio et la télévision, ils brouillé le signal de la radio, donc on n’a pas pu faire passer le message. Néanmoins, le message a été enregistré et heureusement, est sur satellite. La Guinée n’a pas écouté l’émission mais à l’extérieur du pays l’émission a été écoutée sur satellite. Ça a été vraiment une désolation pour les journalistes de la radio Espace. Je viens de passer au département pour voir monsieur Tibou, on me dit qu’il est la présidence. Donc, c’est de là que je me suis rendu ici. Je félicite tout le monde et nous sommes dans l’entente. Certes aujourd’hui, il se pourrait, selon Tibou Camara, qui a appelé plusieurs fois le secrétaire chargé de la communication lorsque j’étais au studio pour dire de ne rien dire et de retourner, que tout prendra fin aujourd’hui. Nous sommes dans cette attente. Si toutefois, dans les heures qui suivent, en tout cas on ne restera pas ici jusqu’à 16 heures. Si ce n’est pas fait, nos stratégies, nous allons les dégager tout à l’heure et nous allons en tout cas prendre nos disposition ».

Source : Guineematin

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here