Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Le CTG évalue le « danger » que la Guinée encourt comme danger en libérant Alpha Condé

Le dimanche 5 septembre dernier, le régime d’Alpha Condé a connu sa chute suite à un coup d’État mené par une unité d’élite dirigée par le colonel Mamady Doumbouya. Depuis, le désormais ancien président guinéen se trouve dans les mains de ses ravisseurs.

Face à cette situation, des avis fusent de partout sur le maintien [prolongé] d’Alpha Condé dans les mains des militaires qui l’ont renversé. C’est le cas du Collectif pour la transition en Guinée (Ctg).

S’exprimant sur le sort à réserver à Alpha Condé, le Coordinateur général de cette entité a émis le souhait qu’Alpha Condé soit jugé.

« Nous pensons aussi que pour l’instant il ne doit pas être libéré. Et vous savez pourquoi ? Pour l’instant, il est encore dans la blessure d’égo. Il est encore dans la colère. Il est encore dans la revanche, dans la vengeance. Or, un homme blessé est extrêmement dangereux. Et puis, il a beaucoup d’argent. Il a beaucoup d’amis, et des amis influents. Voilà les raisons pour lesquelles nous ne sommes pas favorables à ce qu’il sorte pour l’instant », a émis Sorel Keita au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce vendredi 17 septembre.

Ce message, le CTG dit  l’adresser aux Guinéens et aux Africains qui l’accompagnent dans son combat, mais aussi et surtout aux institutions. Parce que de l’avis de Sorel Keita,  Alpha Condé peut être très dangereux pour la Guinée.

« Nous avons eu quelques espèces de retours de gens qui l’ont rencontré et qui disent qu’il se sent encore président. Dans sa tête, il est président. Donc, s’il a l’occasion de reprendre le pouvoir, il le fera. Et cela à n’importe quel prix. Pourquoi je dis à n’importe quel prix, c’est le sang versé. C’est la mort », a averti le conférencier.

Pour lui, si l’ancien président Condé n’a pas pu sortir par la grande porte, une seconde alternative s’offre à lui.

« Il a l’occasion aujourd’hui de sortir par la grande porte : c’est apaiser les choses ; c’est dire : ‘OK, je prends acte. Je démissionne. Et puis, je ne fais pas que démissionner. J’ai beaucoup d’argent à l’étranger. Je rapatrie cet argent-là pour permettre à mon pays de décoller’. Je vous garantis que si Alpha Condé fait ça, je serai le premier à me mettre à genoux pour lui rendre hommage », a juré M. Keita.

Libreopinionguinee avec Guineenews

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.