Une rescapée d’Ebola accuse: « nous qui sommes guéris, nous ne sommes pas introduits dans la sensibilisation »

0
photo gueri ebola

Marie Clairphoto gueri ebolae Thécola est une infirmière aux urgences de Donka. Elle a contracté le virus Ebola en juillet 2014 par le biais d’une patiente en provenance de la Sierra Léone.  Elle faisait partie d’un lot de neuf contacts positifs dont la plupart des collègues médecins. Trois parmi eux n’ont pas survécu. Elle a, quant à elle, survécu à cette épidémie. Témoignage…

« Nous étions neuf malheureusement trois n’ont pas survécu », a-t-elle dit apparemment très touchée par ces disparitions. Et de poursuivre : « je suis infirmière à l’hôpital de Donka. J’ai contracté la maladie le jour où j’étais de garde au mois de juillet 2014. J’ai reçu une femme venant de la Sierra Leone. La patiente m’a dit qu’elle n’a pas quitté Conakry. Alors qu’elle a quitté la Sierra Leone et venait d’arriver. Elle m’a contaminé avec le médecin, le laborantin, le brancardier, l’ambulancier et ceux qui l’ont reçu à la médecine générale.  Nous étions neuf malheureusement trois n’ont pas survécu ».

Mme Thécola a puisé sa force morale à travers un refrain de sa fille avec qui elle était lors de son hospitalisation. « Ma fille que j’avais avec moi m’a dit, affirme cette rescapée d’Ebola,  ‘’Maman, il faut prendre du courage. Je vais te donner un mot que tu vas faire comme un refrain dans ta vie. L’homme naît, grandit et meurt. On ne peut pas éviter la mort si Dieu le veut’’. J’avais ce refrain et je me suis en sortie ».

Selon elle, les réticences des populations s’expliquent par le fait que « nous qui sommes guéris, nous ne sommes pas introduits dans la sensibilisation ».

Amadou Kendessa Diallo

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici