Photo Mohamed lamine kaba

En Guinée, il n’y a pas un chef de file de l’opposition. C’est en tout la position du leader des Forces intègres pour la démocratie et la liberté (Fidel). Sur l’émission Actu au Scanner de la radio City Fm, il conteste la loi qui régit le statut portant sur le chef de file de l’opposition et apporte ses arguments.

Photo Mohamed lamine kaba Mohamed Lamine Kaba est connu pour quelqu’un qui n’a pas sa langue en poche. Interrogé ce lundi matin sur sa position par rapport à la loi portant création du Statut de chef de file de l’opposition, il n’a pas caché son désarroi et qualifié cette loi « d’injuste et contradictoire avec elle-même ».

« En république de Guinée, nous avons opté ici pour ce qu’on appelle le multipartisme. C’est-à-dire plusieurs partis politiques. Ce n’est pas le bipartisme. Cela veut dire qu’il n’y a pas un chef de file ici. Je veux dire qu’il n’y a pas un seul chef de file dans l’opposition. Il y a plusieurs files », proteste le leader du parti Fidel. Selon lui, l’opposition est plurielle. Ce qui, sous-entend-il, qu’au sein d’elle, il y a les communistes, des socio-démocrates, les libéraux, des républicains et voire des écologistes.

Pour M. Kaba : « On ne peut pas phagocyter tout ce beau monde-là et vous dire voilà votre chef. On ne peut pas le faire. Cela ne peut pas se faire. Si on le fait, c’est une façon de monopoliser voire bipolariser la politique en Guinée ». Poursuivant ses explications, le leader du parti Fidel confesse ceci : « quand vous rentrez en politique en Guinée, on voudrait que vous soyez derrière Alpha Condé ou Cellou Dalein. Ce n’est pas ça ».

« …Le Chef de file de l’opposition est le porte-parole attitré de l’opposition politique…La légitimité doit avoir une source à la base. Quelle est l’entité qui regroupe toute l’opposition. La loi là d’ailleurs est une loi injuste et très contradictoire à elle-même. A partir du moment où on reconnait trois entités : la mouvance, l’opposition parlementaire et celle extra-parlementaire. On reconnaît les deux entités et après on vous dit que vous avez un chef, cela ne peut pas aller, cela n’a pas de sens. C’est pourquoi nous demandons absolument que cette loi soit améliorée », dira-t-il.

Mohamed Lamine Kaba estime que cette loi est « une immixtion du président Alpha dans les affaires politiques de l’opposition. C’est une stratégie pour le président Alpha Condé. Il a quel cadeau à faire à l’opposition à une année électorale ? La loi étant interpersonnelle, très souvent les arguments que j’avance les gens pensent que je suis contre la personne de M. Cellou Dalein Diallo alors que ce n’est pas ça. M. Cellou Dalein, on le sait par son électorat, par les élections présidentielle et législative, il ressort que c’est le parti politique le plus représentatif de l’espace politique ».

D’où, il n’est contre personne mais souhaiterai que la loi soit améliorée au grand bénéfice de toutes les entités politiques. Car, martèle-t-il, ce n’est pas la personne qu’il faut voir mais c’est la loi.

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail : kenssa2@gmail.com

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here