Tibou Kamara : « Lorsqu’un guinéen décède, surtout dans des circonstances telles que nous l’avons connues, on ne peut que déplorer »

Le ministre conseiller personnel du président de la république a brisé le silence sur les violences enregistrées à l’occasion des mouvements de protestations survenus à Boké, et à certains endroits du pays. En effet, Tibou Kamara a accueilli les violences par une volée de bois vert, et non sans rappeler que les manifestations sont un droit constitutionnel.

« Lorsqu’un guinéen décède, surtout dans des circonstances telles que nous l’avons connues, on ne peut que déplorer et souhaiter que cela n’arrive plus parce que la manifestation étant un droit qui est reconnu par notre constitution, il n’y a pas de raison lorsqu’il y a une manifestation, qu’elle se solde par mort d’homme » a-t-il affirmé dans un entretien sur Africa Guinée.

Dans le même contexte, le ministre conseillé du chef de l’Etat en rajoute : « il avait été annoncé que le Gouvernement mettait à la disposition de la CENI les ressources nécessaires à l’organisation des élections locales. Il avait été également demandé à la CENI de rencontrer le plus rapidement possible tous les acteurs concernés pour discuter de son projet de chronogramme pour aboutir à un chronogramme définitif et à une date des élections communales. Cela va dans le sens de la décrispation politique après les escalades qu’on a connues. C’était de nature à rétablir la confiance et à nous ouvrir le chemin des élections » explique-t-il.

Et de rassurer en ces termes : « rassurez-vous que la situation sera maitrisée, la tranquillité des citoyens sera restaurée, la sécurité des citoyens et leurs biens sera assurée. Je suis convaincu qu’on n’est pas loin d’une solution qui aidera Boké à retrouver sa tranquillité et à poursuivre son chemin vers le progrès. C’est le lieu et l’occasion pour moi d’appeler les populations de Boké au calme et à la retenue, et à faire confiance à la vertu du dialogue pour trouver une solution à toutes leurs revendications dont personne ne conteste qu’elles soient légitimes » a-t-il reconnu.

Saidou Barry

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here