photo de tibou camara

L’ancien ministre Secrétaire général à la présidence sous l’ère Général Sékouba Konaté n’a pas été tendre avec le régime d’Alpha Condé suite à l’inculpation de Moussa Dadis Camara, en exil à Ouagadougou au Burkina Faso.

Pour Tibou Kamara, invité d’une  radio  locale hier matin, l’inculpation de Moussa Dadis Camara est « une affaire voulue et souhaitée par Alpha Condé pour régler un différend politique avec le Capitaine Dadis Camara ». Mais, prévient-t-il, l’actuel locataire de Sékhoutourya « ne pourra pas dire qu’il est étranger à la décision qui sera rendue et les juges qui l’ont rendue, en son nom, ne pourront pas dire qu’ils s’en lavent les mains ».

« Cette tragédie a eu lieu depuis 2009 et depuis cette date, les Guinéens ont réclamé la justice et continuent de la réclamer. C’est une exigence morale pour notre pays et même un devoir de mémoire à l’endroit des victimes que la lumière soit faite sur cette affaire qui vient s’ajouter à beaucoup d’autres dans l’histoire tragique et tourmentée de notre pays parce que, justement l’impunité a été érigée en pratique », reconnaît l’ancien bras droit du président de la transition (Général Konaté, ndlr) aujourd’hui en exil forcé.

Et d’ajouter: « je suis le premier à réclamer parmi tant d’autres que justice soit faite. Mais on ne peut pas régler un différend politique par la justice avec un homme. Cette suspicion qui l’entoure aujourd’hui à mon avis ne permet pas d’avoir toute la sérénité et toute la confiance dans l’appareil judiciaire pour connaître la vérité et la rendre aux victimes ».
A en croire M. Kamara: « l’injustice…conduit à assassiner la paix sociale, et à discréditer les institutions du pays en général ».

De passage, il a rappelé le dédain qu’Alpha Condé avait de la justice lorsqu’il fut arrêté en décembre 1998 pour « agression armée » contre la Guinée.  » Rappelez-vous, lorsque M. Alpha Condé a été arrêté et accusé d’agression armée contre le pays, c’est connu de tous. Il avait exprimé un dédain pour notre justice parce que durant tout son procès dirigé par l’actuel président de la Cour suprême (Mamadou Sylla alias Syma, ndlr »), il n’a pas prononcé un seul mot pour répondre aux accusations portées contre lui parce que justement, il y avait cette crise de confiance que notre justice n’arrive pas jusqu’à maintenant à surmonter », rappelle-t-il.

Il est difficile pour Tibou Kamara de croire à une justice « qui sert les services d’un pays dirigé par un homme qui dans son temps avait exprimé un dédain à la justice et demande qu’on fasse confiance à [cette dernière], et qu’on essaie de croire à l’indépendance des magistrats, je suis désolé, il s’agit de la même justice. »

Sur un possible interrogatoire du général Konaté sur l’affaire du 28 septembre, l’ancien ministre de la Communication et des NTIC a déclaré qu' »il faut laisser la justice travailler pour éviter la dictature de l’opinion ».

Amadou Kendessa Diallo
+224 664 24 54 78
E-mail: kenssa2@gmail.com

 

 

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here