Le Président de l’UFR, Sidya Touré a rencontré le Chef de l’Etat, à la demande de se dernier, ce lundi 17 août 2015, au Palais Sékhoutouréyah. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre du dialogue politique inter-guinéen amorcé, il y a de cela deux mois, entre le pouvoir et l’opposition. À la sortie de cet entretien, le Président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), s’est exprimé sur les trois points à l’ordre du jour, qui ont dominés la rencontre.

Sur le premier point, concernant la tenue des élections locales avant la présidentielle, le Président de l’UFR, a précisé que les 128 communes proposées par l’opposition ont été acceptées par la mouvance.
Deuxièmement, la commission électorale nationale indépendante (CENI). Un point qui reste encore sur la table de négociation. Alpha Condé ne se serait pas prononcé la dessus, selon Sidya. Raison invoquée par le Président de l’UFR, le fait qu’au cours du dialogue, l’opposition aurait proposée la recomposition de l’institution. Pendant que la mouvance, de son côté proposerait le remplacement de deux commissaires.
Concernant le dernier point, sur le fichier électoral, le chef de l’Etat aurait fait des propositions. Notamment, celles de la mise en place d’une commission d’experts qui va se charger de l’assainissement de la liste électorale.

Sur cette question, un point, que le président de l’UFR a qualifié de point préoccupant, l’Opposition Républicaine va organiser une rencontre pour faire le compte rendu en plénière de l’Opposition ce mardi 18 août 2015. Et d’analyser les propositions, surtout d’amener la mouvance présidentielle à céder.
Pour ceux qui qualifieraient cette rencontre d’éventuel rapprochement entre le président de l’UFR et Alpha Condé, cela n’a pas de sens aux yeux du président de l’UFR, selon lui. Sidya a même ajouté que le fait de rencontrer le Président de la République est strictement dans le cadre du débat politique : « si quelqu’un veut m’accompagner dans ce dialogue qui pourrait aider notre pays, je lui tends la main… Sinon, je suis dans l’opposition depuis 15 ans et bien avant certains. Ce qui est malheureux, c’est que les autres sont partis, on n’a pas diabolisé la chose. Mais s’agissant de Sidya, on voit déjà un malaise… », a-t-il martelé.

 

Cellule Com de l’UFR

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here