Face à l’indifférence des cadres du parti vis-à-vis de leur condition de vie, la brigade nationale d’auto-défense du RPG Arc-en-ciel brise le silence. En marge de l’assemblée hebdomadaire du parti, ces militants oubliés ont décidé de faire tomber le masque sur ce qu’ils convient d’appeler le traitement inhumain du bureau politique national du parti à leur égard.

Suite au décès d’un des leur sans aucune réaction du parti, Aboubacar Fatou Soumah, estime que trop c’est trop et ne se prive pas de tirer à boulet rouge sur les cadres du bureau politique national du RPG. Et pour le faire, il ne va pas du dos de la cuillère. « Un de nos camarades s’est retrouvé dans le fossé. Ainsi, on l’a évacué au camp Alpha Yaya où il a bénéficié de ses premiers soins. Hier nous avons informé le bureau politique national, du décès de notre collaborateur. »

Malheureusement, déplore-t-il, « personne n’a assisté aux funérailles, excepté Ousmane Damaro. On n’a vu aucun responsable du parti. Cela nous a désagréablement marqué. Chaque samedi nous on abandonne nos activités pour venir au RPG ici, on n’a ni moyens, ni reconnaissance », nous raconte-t-il.

Avant de préciser en ces termes : « Si on perd un collaborateur et qu’on nous inflige une telle récompense de la part du bureau, on est vraiment dépassé. On va prendre nos responsabilités désormais», persiste Lounceny Diabaté, porte-parole de la «brigade» du parti.

Toutefois, la coordination de la mouvance présidentielle annonce la tenue d’une réunion du bureau national pour statuer sur des mesures à prendre vis-à-vis de la situation triste de sa brigade.

 

Libreopinionguinee avec Kalenews 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here