Route Le Prince : vers l’installation des «PA » ‘’pour lutter contre le grand banditisme et la criminalité »

Il y a la possibilité -Information Guineetime- d’un renforcement des mesures sécuritaires sur la route Le Prince à Conakry, une bande de plusieurs kilomètres, véritable fief de l’opposant Cellou Dalein Diallo pour dit-on, “lutter contre la criminalité” Ces mesures pourraient voir l’installation de plusieurs Postes Armés « PA » sur l’autoroute Le Prince pour venir à bout, dit-on, de la grande criminalité qui y sévit, a-t-on appris de bonnes sources. Ces Postes Armées (PA), selon nos informations, sont en réalité des « équipes mixtes » composées de la police, la gendarmerie et l’Armée, qui seront installés dans le but de sécuriser davantage les populations et leurs biens. Un policier a été lynché à Wanindara, sur cette route, il y a juste quelques jours avant de passer de vie à trépas. Plus de 100 guinéens, considérés par l’opposition comme des militants, sont morts dans cette zone, à l’occasion des manifestations de rue. En ces occasions d’ailleurs, des scènes de vandalisme, de racket etc… sont aussi enregistrées dans ces environs n’épargnant ni les forces de l’ordre, ni les populations. Plusieurs citoyens guinéens regrettent actuellement l’incapacité de l’Etat à assurer la sécurité dans cette partie de la capitale Conakry.

Des armes blanches, comme montrées la dernière fois par la RTG sur les présumés auteurs de l’assassinat du jeune policier, y circulent. Il y a quelques mois, les forces de l’ordre regrettaient même des tirs d’armes entre manifestants. Un jeune nommé “Grenade”, aujourd’hui en prison, a été cité comme l’un des grands seigneurs de troubles sur les tronçons Hamdallaye, Bambéto et Cosa. Sur Facebook, l’Administrateur général de la Cellule Balai Citoyen, Sékou Koundouno évoque une réunion mercredi de 12- à 14h à la Primature, à laquelle ont pris part les chefs d’Etat majors de nos armées, dans le but de militariser la route Le Prince. L’activiste soutient que l’Armée sera déployée avec 100 pick-ups et la mise en place des Postes Armées (PA) afin de réprime les manifestants. Une publication ce matin de l’activiste Sékou Koundouno Des sources généralement bien informées contestent ces allégations et informent que « la réquisition de l’armée ne peut se faire dans un bureau, dût ce celui du Premier ministre ». Elles révèlent d’ailleurs que cela ne peut se faire qu’au niveau du Président de la République, une procédure qui ne peut être cachée. « Des PA quand même, c’est faisable pour lutter contre la grande criminalité » nous indique-t-on. « Sur l’axe de Bambéto, ce n’est plus un maintien d’ordre, c’est une lutte contre le grand banditisme, contre la criminalité. On ne doit plus aller avec des bâtons là-bas. On doit aller avec des armes parce qu’on est soumis à être tués, pas par des manifestants, pour moi ce sont des bandits », a déclaré le député Amadou Damaro Camara dans une émission Droit dans les Yeux’’ de la chaîne Espace Tv, il y a quelques jours. Ce pavé dans la mare, provoque des grincements de dents chez certains citoyens qui y voient une prochaine militarisation de la zone. Appelée “L’Axe de la démocratie” par les proches de l’opposition, ou “la zone de non droit” par d’autres, la route Le Prince a, depuis la fin de règne du régime militaire de feu général Lansana Conté, été toujours un haut lieu de contestation.

Source : Guineetime   

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here