Alpha Condé

Le communiqué officiel publié par l’Elysée suite à l’audience accordée au président Alpha Condé par François Hollande, le mercredi dernier aurait occulté la véritable raison de cette visite, qui porterait en réalité sur une demande d’assistance de Paris à la Guinée, dont les finances seraient en mauvais état. Le site mondafrique qui a révélé cette information, affirme clairement que le chef de l’Etat était à la recherche de fonds pour renflouer les caisses de l’Etat.

La vraie raison de l’insistance du président guinéen Alpha Condé pour rencontrer son homologue français mercredi 27 janvier dans l’après-midi, au palais de l’Elysée, ne serait pas dans le communiqué officiel qui rapporte des échanges sur la fin de l’épidémie d’Ebola en Guinée et la menace terroriste en Afrique de l’Ouest. Alpha Condé cherchait surtout auprès de François Hollande, son ami de l’Internationale socialiste (IS), « un coup de main financier en urgence parce que les finances publiques de la Guinée sont dans le rouge », c’est du moins ce que rapporte le site mondafrique, dans sa rubrique Confidentiels.

Le communiqué de l’Elysée s’est contenté de faire cas du soutien promis par la France aux forces de sécurité guinéennes, impliquées dans la lutte contre le terrorisme dans le nord Mali. Les deux présidents ont lors de leur rencontre, évoqué « les questions de sécurité et les menaces terroristes qui pèsent sur l’Afrique de l’Ouest», selon l’Elysée. Ils ont rappelé l’engagement de la Guinée au Mali où elle déploie un bataillon de 850 hommes sous casque bleu.
Hollande s’est également félicité « de la décision de l’OMS, du 29 décembre dernier, de déclarer la Guinée exempte d’Ebola. »

Il a réaffirmé le soutien de la France à la Guinée dans le secteur de la santé, mais aussi dans celui du climat, notamment à travers le projet de l’Agence Française de Développement de réhabilitation et d’extension des réseaux électriques de Conakry. Le président français a salué « l’issue positive des discussions de la Guinée avec le FMI, ainsi que les perspectives économiques de la Guinée pour les années à venir. »

Nulle part donc mention n’est faite de cette démarche du président Condé, visant à solliciter la mansuétude de son ami François Holande, pour aider le gouvernement guinéen à se tirer d’affaires, pendant qu’une grogne sociale se profile à l’horizon, avec les syndicats qui exigent la baisse des prix du carburant à la pompe.

avec indépendant

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here