Les acteurs du système éducatif guinéen sont divisés sur certains points de reformes proposés par la Commission Nationale de Réflexion sur l’Education (CNRE). Pour preuve, Dr Amadou Bano Barry et Dr Ousmane Kaba se sont tiraillés sur quelques certains points notamment le monopole de l’état sur la formation du personnel de l’éducation et de la santé mais aussi la réduction de l’orientation des élèves bacheliers vers les universités privées pendants les trois prochaines années.

Au cours d’un débat contradictoire très houleux sur les grandes gueules de la radio Espace FM, les deux se sont lancés des invectives. « Ce qui est le fort chez Dr Ousmane Kaba, c’est de fabriquer ses propres mots à la place de ce qui sont écrits. Nul part, ce qu’il vous a dit ici vous l’avez entendue dans le texte », a lancé Dr Bano Barry.

A la question de savoir si la réduction de l’orientation des bacheliers  dans les universités privées  pendant les trois années à venir est elle essentielle, le sociologue, a indiqué ceci : « aujourd’hui, il y a une discution qui ne prend pas fin. Une polémique qui consiste à savoir quel est l’effectif des étudiants dans le privé et même dans le public. Personne n’arrive à s’entendre sur les chiffres. On se dit que dans une situation pareille, la première de chose à faire s’est de normaliser la situation ».

« Ce n’est pas parce que vous n’arrivez pas à compter les étudiants qu’il faut fermer les universités privées’’, réplique Dr Kaba. « Personne n’a dit de fermer les universités  privées. On a dit de réduire progressivement les orientations », rétorque Bano Barry.

Et d’enfoncer le clou, l’enseignant chercheur a soutenu  qu’il n’y a pas des universités privées en Guinée. « Nous n’avons pas en Guinée d’université privée,  je suis désolé, nous avons que des universités dite privée, l’essentielle de votre financement, les  99,99% de votre financement vient de l’état », persiste le sociologue.

Une déclaration qui a agacé Dr Ousmane Kaba à tel point qu’il a qualifié les propos de Dr Bano Barry de mensonger. « D’abord tu mens, ce n’est pas vrais, arrête de raconter du n’importe quoi. Les bourses de l’état n’ont commencé qu’en 2006, je rappel que l’université Koffi Annan avait plus de dix ans d’existence et l’essentielle de ses investissements était  déjà fait », répond le Dr Kaba.

Et d’ajouter, « depuis que les bourses ont commencé en 2006, il n’y a eu que deux nouveau bâtiments à l’université Koffi Annan. Donc c’est une université qui existe avant les bourses. Vous n’allez pas travestir la vérité parce que vous avez envi de parler. Il faut qu’on sache ce qu’on veut, et si on veut se dire la vérité entre nous ou bien on vient ici pour raconter du  n’importe quoi. Il ne peut pas parler de mes finances, je ne suis pas d’accord parce que c’est faux. Je dis qu’il raconte du n’importe quoi parce que l’université Koffi Annan a bien existé avant le problème des bourses », rétorque le fondateur de Koffi Annan.

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here