(Prési tablette, prési tablette) : Alpha Condé répond, « il ne s’agit pas d’avoir des tablettes pour les étudiants de Conakry »

0

Le moins qu’on puisse dire c’est que le président Alpha Condé n’a pas été bien avisé de venir dans l’enceinte de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Lui dont l’initiative présidentielle ‘’Un étudiant, une tablette’’ n’avait servi qu’à animer la campagne électorale de 2015 n’y serait pas venu procéder au lancement officiel des cybers-centres dans les établissements d’enseignement supérieur et professionnel. En tout cas, si lui semble avoir oublié, ce n’était pas le cas des étudiants.

En effet, à peine arrivé dans l’enceinte de l’université, plus précisément à la rentrée de la grande salle de conférence du bâtiment principal, il était accueilli par une meute d’étudiants avec le refrain : ‘’prési tablette, prési tablette’’. Un refrain qu’ils ont entonné jusqu’à ce qu’il s’installe dans la salle. Naturellement, Alpha Condé n’a pas fait semblant de n’avoir pas entendu. Mais il y a fait face à sa façon à lui :

J’ai été accueilli par des étudiants qui disaient ‘’président tablettes’’. Il ne s’agit pas d’avoir des tablettes pour des étudiants qui sont à Conakry, il ne s’agit pas d’avoir des tablettes pour des gens qui sont en ville. Ce que nous voulons, c’est que le jeune guinéen, n’importe où il est, y compris dans le village le plus reculé, ait les mêmes avantages que son ami qui est à Conakry. Ça veut dire si vous devez avoir accès aux nouvelles technologies, votre frère ou votre sœur qui est à Yomou ou Kankan doit avoir les mêmes avantages que vous. C’est pourquoi, il ne s’agit pas d’avoir des tablettes pour les étudiants de Conakry, mais pour tous les jeunes guinéens afin que chacun puisse avoir accès la connaissance.

En somme, on n’a pas honoré l’engagement parce qu’on a voulu mieux faire que ce qu’on avait promis. Répondre aux promesses non tenues par des promesses autrement plus mirobolantes.

Mais les étudiants ne cèdent pas à cette justification. C’est le cas de Mory Soumaoro, étudiant en 5ème année pharmacie

Nous avons réclamé nos tablette parce que ça été promis par le chef de l’Etat. Et comme on le dit souvent, la promesse est une dette. Ça a été promis, on n’a pas eu de tablettes. Il n’y a eu aucune explication. Vous savez, le cyber est bon, mais avec la tablette on peut se déplacer, on peut acheter la connexion à tout moment et au prix qui vous convient. Avec le cyber, tous les étudiants n’auront pas accès à la connexion. Mais si chaque étudiant a une tablette il pourra se connecter où il veut et quand il veut. Aussi, Tant qu’il n’envoie pas nos tablettes, nous allons le lui rappeler à chaque fois que l’occasion va se présenter nous allons lui dire pour qu’il sache que pour nous, c’est un besoin

En tous les cas, la réclamation s’est renouvelée lors du départ du chef de l’Etat. Les étudiants l’ont suivi jusqu’à la voiture avec le même refrain.

Ledjely

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici