Après une semaine difficile lors de laquelle il a été humilié par les membres de La République en marche, Manuel Valls est revenu sur le traitement qui lui a été infligé, sur ses ambitions, et n’a pas hésité à tacler au passage François Hollande et Emmanuel Macron.

Il tente d’aller de l’avant. Malgré l’humiliation qu’il a vécue cette semaine, avec le refus de La République en marche de l’investir sous ses couleurs pour les élections législatives, Manuel Valls ne se laisse pas abattre. Dans un entretien accordé au JDD, il avoue avoir déjà pensé à abandonner, mais se montre désormais prêt à s’imposer.

« Après ma défaite à la primaire, j’ai pensé à arrêter, oui », confie-t-il dans l’édition de ce dimanche. « Après les trois jours que j’ai connus, d’autres auraient envie de jeter l’éponge. (…) Au moment où survient la recomposition que j’ai toujours souhaitée, je vais être spectateur? Non! Je veux être dans cette séquence. »
“Je pense qu’on a besoin de moi”

L’ancien Premier ministre se montre même confiant en l’avenir, et quant à son élection aux législatives.

« De manière immodeste, je pense qu’on a besoin de moi. On a besoin de moi au Parlement. (…) Je passe à une autre vie politique. Je ne suis pas en train de préparer le prochain congrès du PS, moi. Je vais faire mon travail de député », a-t-il lancé.
Avant de revenir sur les relations qu’il entretient avec le nouveau président, mais aussi avec François Hollande.

« Je suis extrêmement lucide sur Macron et sur son équipe. Hollande est méchant, mais dans un cadre. Macron, lui, est méchant, mais il n’a pas de codes donc pas de limites », a-t-il lâché.
« Hollande a oublié de faire de la politique »

Puis il a donné son avis sur la prestance d’Emmanuel Macron, en profitant de l’occasion pour tacler François Hollande en même temps.

« La gestuelle du Louvre était très positive. Ce mélange de jeunesse et de tradition, c’était bien, je n’ai pas de problème avec le bonapartisme. Je sais quelle est la gestuelle dont le pays a besoin, ce que François Hollande a oublié – il ne l’a assumé que dans les heures les plus dramatiques. Hollande a oublié de faire de la politique, nous obligeant à faire pareil. Macron n’a pas gagné sur un programme, il l’a emporté parce qu’il a fait de la politique », a-t-il conclu.

BFM

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here