OUATTARA: « Je n’ai pas à m’adresser à Laurent Gbagbo Il sera jugé, après la vie continue Je m’excuse »

0

FRAICHEMENT REELU, IL REMET SEVEREMENT GBAGBO FACE A SES RESPONSABILITES

OUATTARA: « Je n’ai pas à m’adresser à Laurent Gbagbo. Il a eu un comportement qui a amené une grave crise dans ce pays (…) Il sera jugé, après la vie continue. Je m’excuse »
Depuis la crise postélectorale de 2010, beaucoup d’eau a coulé dans le lac Ebrié pour pouvoir adoucir les passions, fondre les rancœurs. Mais, Alassane Ouattara, même dans l’euphorie de sa réélection par un score à la soviétique, même s’il se pose en chantre de la réconciliation, tient toujours à ce que son vieil ennemi, Laurent Gbagbo, paye pour ce qu’il a « amené dans ce pays ».
ADO est euphorique. Mais pas au point d’oublier les circonstances dramatiques dans lesquelles il a accédé au pouvoir, il y a cinq ans. A peine sa réélection annoncée par la Commission électorale indépendante (CEI) dans la nuit de mardi à mercredi, le président ivoirien a accordé un entretien exclusif à la chaine TV5 Monde. Bien sûr, il fut question de ses impressions sur sa victoire fleuve. Mais, aussi et surtout, et même naturellement, il fut question de Laurent Gbagbo, qui attend son procès à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.
Quel message avez-vous à adresser à votre adversaire d’hier, Laurent Gbagbo ? A cette question de la journaliste française, Alassane Ouattara répond sans ambages.
« Je n’ai pas à m’adresser à Laurent Gbagbo particulièrement. Il a eu un comportement qui a amené une grave crise dans ce pays, qui a fait plus de 3000 morts », explique t-il.
Avant d’enchaîner, impassible: « il est entre les mains de la justice internationale. Il sera jugé. Et puis, après la vie continue. Je m’excuse. »
Pour ensuite promettre une justice équitable pour ceux qui seront jugés en Cote d’Ivoire :
« Maintenant, ce qui est important c’est de faire en sorte que ceux qui sont ici soient en mesure d’être jugés en Côte d’Ivoire soient jugés par une justice impartiale. Nous-nous attèlerons à cela. Il n’y aura pas de justice des vainqueurs et de justice des vaincus. Ce n’est pas ma manière de voir les choses. Il n y aura pas d’impunité en Cote d’Ivoire. J’ai toujours considéré que l’impunité est une mauvaise chose. Donc nous continuerons. Et nous ferons en sorte de tourner la page. »
Interrogé également sur la question de savoir si, après le jugement de Gbagbo, il ferait un geste pour le ramener en en Côte d’Ivoire au nom de la réconciliation, ADO coupe la journaliste :
« Mais Madame ça fait beaucoup de si…Attendons de voir d’abord ce que la CPI va faire. Je ne suis pas la CPI. »
Jacques AYASSI

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici