L’opposition Guinéenne menace d’appeler à une désobéissance civile

0
photo opposition guinéenne

L’opposition républicainephoto opposition guinéenne a tenu une réunion ce lundi 16 janvier 2015, au QG de l’UFDG, principal parti d’opposition du pays.

Selon le parole-parole, il a été essentiellement question du prochain meeting prévu pour le 22 janvier et  la question liée aux délégations spéciales installées dan les communes de Conakry.

Les leaders réunis au sein de cette opposition,  menacent d’appeler à une désobéissance civile.

Concernant le meeting, le porte-parole Aboubacar Sylla précise qu’il aura bel et bien lieu comme prévu. « Nous avons notamment discuté de l’aspect sécuritaire tant pour les manifestants que pour toutes les populations riveraines.

Nous avons discuté également des conditions sanitaires de manière à prendre le minimum de dispositions pour rassurer que ce meeting ne sera pas une occasion d’aggravation de la contamination du virus Ebola », a-t-il déclaré.

Poursuivant sa déclaration, Aboubacar Sylla n’exclut pas un appel à la désobéissance civile. «Nous continuerons en allant crescendo en envisageant d’autres meetings, d’autres marches, d’autres actions de désobéissance civile et d’autres actions de setting jusqu’à ce que nos revendications qui sont les dispositions continues dans notre constitution et dans nos lois, soient prises en comptent », menace-t-il.

L’opposition dit avoir tablé sur le travail fait par la commission électorale nationale indépendante (CENI) au niveau des circonscriptions. « Il y’a des missions  de la CENI qui sont entrain de travailler à l’insu des partis politiques. Les directions des partis n’ont été en aucun cas associées à ce travail qui est entrain de se faire sur le terrain », déclare le porte-parole. Les travaux dont il fait  allusion consistent à  parer aux anomalies constatées à l’occasion des dernières élections législatives, au tour du fichier électoral et de la cartographie même des bureaux de vote.

L’autre question abordée au cours de cette réunion, est celle liée aux délégations spéciales.

L’opposition républicaine dit envisager des dispositions pour mettre fin à l’existence de ces délégations qui ont dépassé leur délai légal. Ce, en emmenant les citoyens à prendre leur responsabilité.

Sauf oublie de la part du porte-parole, il n’a pas été question des personnes arrêtées lors du dernier meeting qui a connu des violences notamment devant le siège du parti au pouvoir, faisant plus d’une dizaine de blessés

www.libreopinuionguinee.com

www.afriquezoom.info

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici