Certains responsables politiques ont monté au créneau lundi pour dénoncer la « détention illégale et prolongée de deux personnes arrêtées dans l’affaire » dite de la forêt de Kéréma. Cette affaire est une machination politique d’Alpha Condé, persistent les politiques.

Le député Holomou Koni Kourouma de l’UGDD a rappelé l’origine de cette affaire qui date du 7 mai 2015. Ce jour, deux citoyens de Kéréma ont été arrêtés à N’Zérékoré et conduit au PM3 à Conakry pour une présumée accusation de Coup d’Etat.

« De cette date à nos jours, ces deux citoyens sont détenus au PM3 en violations de toutes les règles qui régissent la justice en Guinée. Les accusations portées sur ces deux citoyens sont farfelues, on les reproche de faits de coup d’Etat dans la forêt de Kéréma tandis qu’ils ne possèdent ni arme, ni document compromettant », indique-t-il.

Poursuivant, M. Kourouma, a déploré les conditions de détention de ces deux citoyens qui, à ses yeux, sont en dehors du cadre légal. C’est pourquoi, le président de l’UGDD a rappelé la disposition de l’article 77 du code pénal guinéen en matière de détention provisoire.

Il dira que pendant l’enquête préliminaire, les officiers de police judiciaire ne peuvent garder un citoyen que pendant 48 heures. En dehors de ce délai, seul le procureur de la république qui pourra décider le prolongement du délai si l’affaire concerne un cas d’atteinte à la sureté de l’Etat. « Une accusation à un coup d’Etat est naturellement une atteinte à la sûreté de l’Etat. Donc, le maximum de temps légal que ces personnes auraient pu passer au PM3 est de quatre jours », souligne le député.

Les conférenciers ont interpellé le ministre de la Justice et le Haut commandement de la gendarmerie nationale sur la situation de ces deux personnes. Ceux-là les ont rassurés que l’affaire se trouve être au haut lieu. « Quand on parle de haut lieu, étant donné que le Président de la République est le Commandant en Chef des forces armées, nous considérons que ces deux personnes ne sont rien d’autre que des prisonniers purs et simples du professeur Alpha Condé », martèle Koni Kourouma.

De son côté, Dr Faya Milimono dit ne pas comprendre que des citoyens soient arrêtés à N’zérékoré et transportés jusqu’à Conakry, puis incarcérer au PM3 de Matam avec un refus catégorique des agents de la police judiciaire d’obtempérer aux injonctions du procureur.

Ibrahima Sory Bah
+224 664 64 48 95

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here