La campagne électorale pour le premier scrutin présidentiel de l’après Blaise Compaoré a débuté le dimanche 8 novembre.
14 candidats s’affrontent dans ce scrutin que les observateurs présentent comme étant le plus ouvert de ces deux dernières décennies.
Roch Marc Christian Kaboré, président du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP).
Roch Marc Christian Kaboré, l’un des favoris des sondages était en campagne à Bobo Dioulasso où il a décliné les valeurs qui motivent son action politique.

Il a expliqué que sa présidence sera marquée par le sceau de l’intégrité qui exige le travail bien fait, l’amour de la patrie, la bonne gouvernance, l’égalité des chances de tous les Burkinabè et la justice.
Dans cette campagne les gadgets publicitaires sont interdits par la loi.
Image copyright
Image caption
Zéphirin Diabré, président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC).
De l’autre côté du pays, dans la ville de Fada N’gourma, Zéphirin Diabré, qui arrive premier ou second des intentions de vote selon les sondages, a promis une élection apaisée et a annoncé qu’en cas de défaite, il aidera celui que Dieu choisira pour diriger le pays.
Dans un message radio-télévisé, le président de la transition, Michel Kafando qui n’est pas candidat, a appelé samedi, à la veille de l’ouverture de la campagne, les candidats à respecter les clauses du Pacte de bonne conduite, signé en août dernier, par les différents acteurs.

BBC

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here