Les accusés Outaz Taibou et madame ont comparu de nouveau à la barre devant les magistrats pour affaire d’escroquerie, d’abus de confiance au Tribunal de Première Instance de Mafanco, ce jeudi 30 et vendredi 31 mars.
A la sortie de l’audience l’avocat des accusés, Maitre Moussa Diallo parle de violation de l’article 358 du code pénal.

‘’Nous avons tous écouté les enregistrements sonores. Sauf que j’ai des réserves. La première, c’est que cet élément sonore est apporté par la partie civile elle-même. Donc on peut mettre en doute sa sincérité.

Deuxièmement, ce sont des enregistrements sonores qui ont été obtenus en violation de la vie privée, de l’intimité de mes clients. Vous avez vu la discussion entre nous et le ministère public pour ce qui concerne la violation de l’article 358 du nouveau code pénal qui stipule qu’on ne peut pas posséder l’enregistrement d’une personne dans la vie privée sans son accord’’, accuse Me Moussa Diallo.

Pour la partie civile, cet enregistrement vient conforter leur position. Pour Maitre Salifou Boiro, l’enregistrement de ces audio les réconforte d’avantage.

‘’On amène des enregistrements audio qui confortent davantage ce qui a été dit par les témoins et par la partie civile, elle-même. Nous ne sommes pas fatigués. S’ils veulent même des messages on va envoyer’’, indique Me Salifou Boiro, l’avocat de la partie civile.

A rappeler que le procès d’Oustas Taibou est suspendu, ce vendredi 31 mars pour reprendre le 7 avril prochain, au Tpi de Mafanco

Louis Diallo avec  focusguinee
 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here