Justice : une bonne nouvelle pour AOB et Fatou Badiar

Condamnés depuis 2013 par la Cour d’assises de Conakry, le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo et Mme Fatou Badiar Diallo croupissent toujours en prison. Leurs avocats avaient interjeté appel de cette décision et la Cour Suprême a annulé la décision de la cour d’assises en 2016. Ce qui avait suscité un ouf de soulagement de la part des mis en cause et de leurs avocats. Désormais, ce sera chose faite. Hier mercredi 20 septembre 2017, Me Béavogui, avocat à la Cour, a annoncé la réouverture du procès le 16 octobre prochain.

L’annonce a été faite hier au cours d’un point de presse organisé pour rappeler le développement du dossier depuis le 27 juin 2017. « La Cour Suprême a cassé, annulé l’arrêt de la cour d’assise de Conakry de 2013 et renvoie l’affaire devant le tribunal de criminel de Conakry 2 » a-t-il rappelé.

Poursuivant son intervention, le conférencier a précisé que de cette date à nos jours, ils ont écrit plusieurs courriers aux autorités compétentes pour obtenir la remise en liberté ou la programmation de l’audience de leurs clients.

« Nous avons eu des échanges fructueux mais qu’a cela ne tienne, il est question de détention. Le temps joue sévèrement contre nos clients qui ont besoin d’être situés sur leur sort pénal », ajoute-t-il.

Parlant de la nouvelle du jour, Me Beavogui a signalé que c’est aux environs de 13h30 de ce mercredi que le procureur de la république près du tribunal de première instance de Conakry 2 lui a donné la très bonne nouvelle comme quoi, le dossier est retenu pour l’audience du 16 octobre 2017.

« Une personne en détention n’est contente que lorsqu’on s’intéresse à son, cas à son sort et qu’une date est fixée pour examiner sa situation pénale », conclut-il.

Le 19 juillet 2011, des inconnus ont attaqué le domicile du président Alpha Condé. Le bilan est d’un mort et de dégâts matériels importants.

Les jours qui ont suivi, plusieurs hauts gradés de l’armée et des civils ont été mis arrêts, jugés et condamnés à des lourdes peines. C’est le cas de AOB et de Fatou Badiar Diallo condamnés à 15 ans de prison.

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here