Les Etats-Unis n’ont pas encore confirmé sa mort mais selon un porte-parole du Pentagone, les Américains sont « plutôt certains » d’avoir tué « Jihadi John », un Britannique membre du groupe Etat islamique, tristement connu pour avoir été l’assassin de nombreux otages américains, britanniques et japonais. Il a été pris pour cible par l’armée américaine lors d’un raid aérien en Syrie.

David Cameron a choisi symboliquement de sortir devant sa résidence de Downing Street pour réagir à cette annonce, rapporte notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix. Le chef du gouvernement n’a pas confirmé la mort de Mohammed Emwazi, alias « Jihadi John », mais le fait qu’il ait tenu à s’exprimer si rapidement laisse à penser que Londres et Washington n’ont pas beaucoup de doutes quant au sort du jihadiste.

« Nous continuons d’évaluer les résultats » de la « frappe » menée jeudi soir à Raqqa, dans l’est de la Syrie, a expliqué le secrétaire d’Etat américain John Kerry. Les « jours des terroristes associés » au groupe Etat islamique sont « comptés », a-t-il ajouté. Un haut responsable militaire américain semble plus catégorique : « nous sommes sûrs à 99% de l’avoir eu. »

« Meurtrier barbare »

« Emwazi est un meurtrier barbare qui représentait une grave et constante menace pour des citoyens innocents, a déclaré pour sa part David Cameron. Il était le principal bourreau de l’Etat islamique et n’oublions jamais qu’il a tué de nombreux musulmans également. Il avait d’ailleurs l’intention de tuer beaucoup plus de gens. Il s’agit donc d’une action de légitime défense et c’était absolument la bonne décision », a poursuivi le Premier ministre conservateur.

Il a rendu hommage aux otages exécutés et tenu à remercier son allié américain tout en prenant soin de souligner que cette opération avait été planifiée « la main dans la main » par Londres et Washington.

Selon certains observateurs, même si « Jihadi John » n’était pas une figure stratégique d’un point de vue militaire, sa mort serait extrêmement significative car symboliquement, le Britannique était un élément de propagande très important pour le groupe Etat islamique

 

Rfi

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here