Guinée : L’opposition entre dans sa logique de manifestations

0
Photo opposantt guinéenne

L’opposition guinéenne est décidée à en découdre avec le pouvoir en place pour la satisfaction de ses revendications liées au chronogramme électoral, à l’insécurité et au maintien des délégations spéciales.

Réunis hier après-midi au domicile du leader de l’Union des forces républicaines (UFR), les opposants au régime d’Alpha Condé ne désarment toujours pas malgré un appel au dialogue lancé mardi par le Chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana.

Au terme de cette réunion, l’opposition a annoncé une nouvelle marche contre la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le lundi 20 avril pour exiger la suspension provisoire de la date du 11 octobre prévue pour la présidentielle de 2015. Une seconde manifestation est également prévue le 23 avril sur toute l’étendue du territoire national.

Elle a saisi l’occasion pour faire également le bilan des manifestations des 13 et 14 avril courant. L’opposition dénombre trois morts, une cinquantaine de blessés et une centaine d’arrestations dont le procès a déjà débuté dans les tribunaux de Conakry.

Par la voix de son porte-parole, Aboubacar Sylla, l’opposition a aussi annoncé une arrivée massive à Conakry des Donzo (chasseurs traditionnels) venant de la Haute Guinée –région d’origine du Chef de l’Etat et de la Guinée Forestière. Ils accusent ces derniers de venir pour renforcer les forces de l’ordre accusées de répression dans les quartiers réputés être favorables à l’opposition de la ville de Conakry.

Mardi, au cours d’une rencontre avec certains membres du gouvernement, le premier ministre Mohamed Saïd Fofana a invité les acteurs politiques à la table de dialogue sans préalables.

Le chronogramme électoral et le maintien des délégations spéciales sont les principaux points de discorde qui opposent actuellement le pouvoir et l’opposition. Chaque partie estimant qu’il y a de la mauvaise foi de ses adversaires politiques.

De son côté, l’opposition affirme que le pouvoir a refusé d’appliquer les différents accords (Juillet 2013 et Juillet 2014, ndlr) obtenus à la suite d’un consensus. Pour sa part, le gouvernement évoque l’épidémie Ebola qui a chamboulé tous les programmes.

D’ici à lundi, le gouvernement saura-t-il proposer à ses adversaires politiques quelque chose de concret ? C’est bien la question.

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail : kenssa2@gmail.com

 

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici