Photo CENI opposant
CENI et opposition guinéenne

La commission électorale nationale indépendante (Ceni) a animé une conférence de presse ce samedi autour de l’état d’exécution du chronogramme électoral. Ce, en prélude à l’élection présidentielle prévue le 11 octobre 2015.

Le vice-président de la Ceni, Ibrahima Kalil Kéita et le directeur de la Transparence, Maxime Koivogui ont pendant deux bonnes heures expliqué les activités menées par leur institution depuis le 10 mars, date à laquelle le chronogramme électoral a été publié à Kindia.

Le premier a rappelé que pendant un mois et demi, la Ceni a procédé à la révision exceptionnelle des listes électorales à l’intérieur du pays et un mois dans les dix-huit (18) ambassades. En ce qui concerne la poursuite du processus, M. Kalil a déclaré: « nous sommes en train de traiter les données au site central ».

Le directeur du département de la transparence, Maxime Koivogui, a rappelé que les séries de rencontre entamées depuis jeudi visent à mettre tout le monde au même niveau d’information. « C’est un échange entre la Ceni et la société civile, l’administration, la presse et les institutions républicaines sur les choses concrètes qui passent dans le processus électoral », précise-t-il.

Selon M. Koivogui, la Ceni travaille en s’adossant à la loi, à la prescription légale, ajoutant que cette première phase a connu un engagement important de la Ceni.

La Ceni n’a pas marché que sur de l’eau dans cette révision exceptionnelle des listes électorales. M. Koivogui dira qu’elle a connu des succès certes mais a aussi rencontré des difficultés d’ordres technique, humain, et administratif. Faut-il signaler que la Ceni a perdu deux coordinateurs celui de Mamou assassiné et celui de N’Zérékoré accidenté

Pour le directeur du département Transparence de la Ceni, il y a eu au cours de cette révision exceptionnelle, 900 000 nouvelles inscriptions dont 333 000 électeurs ont été décelés comme doublons.

Il a ensuite donné les statistiques des nouvelles inscriptions par région administrative. Il s’agit respectivement de Conakry avec 219 466 électeurs, Boké 75 193, Kindia 154 548, Mamou 66 538, Faranah 95 000, Kankan 370 598.

En 2013, rappelle-t-il, la population électorale était  de 5 094 644 électeurs et plus de 118 000 au niveau étranger. Après cette première phase, c’est le traitement technique des données qui est en cours avec 150 informaticiens qui travaillent à tour de rôle.

En date, la Ceni déplore la confiscation de 7 kits par des agents recenseurs mais l’impact ne se fera pas ressentir car chaque coordinateur ou inspecteur avait deux clés dans lesquelles, il prenait le travail de deux ou trois jours des agents recenseurs.

La nouvelle cartographie électorale, selon la Ceni, est de plus de 13 300 bureaux de vote et le maximum de votants par bureau de vote varie de 500 à 300 voire 80 pour les zones à situation géographique difficile.

Les deux prochaines étapes au niveau de la Ceni dans la perspective des élections présidentielles sont l’affichage définitif prévu à la fin août et la correction des listes.

Amadou Kendessa Diallo
+224 664 24 54 78
E-mail: kenssa2@gmail.com

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here