Guinée : la baisse des prix du carburant se fait attendre

0
photo station total

Le prix du baril 50 dollar! Il y a six mois, quel analyste aurait parié sur une dégringolade aussi brutale ? C’est pourtant à ce niveau inconnu depuis le printemps 2009 qu’est tombé le prix du baril d’or noir, lundi 5 janvier, sur le marché de New York, après être passé sous la barre symbolique des 50 dollars en cours de séance et qui poursuivait cette tendance mardi. 

En Guinée tout se conjugue pour maintenir la pression à la baisse, la grève des syndicalistes du 07 janvier 2015 en est une, mais aucune volonté du gouvernement guinéen ne pointe a l’horizon et  certains éléments tendent à montrer que cela ne devrait pas changer avant un petit moment.

Les conditions de vie des consommateurs se dégradent sans cesse et bientôt certains d’entre eux, si ce n’est la majorité, atteindront le fond.

 A Conakry, par exemple, disposer d’un éclairage conséquent et même simplement voir l’eau sortir de son robinet est devenu un luxe ces derniers temps.

Par cette canicule, c’est la pire des choses qui pouvait arriver aux citoyens.

Qui plus est, au même moment, il est laborieux de mouiller le gosier.

En effet, pour une raison qui reste encore à être expliquée aux consommateurs, les buvettes et autres gargotes manquent de quoi désaltérer un guinéen assoiffé.

 En clair, on ne peut pas s’échapper de la chaleur de la maison pour prendre un peu d’air dehors. Les buvettes  les plus chanceuses sont finalement ceux qui proposent à leurs clients du jux non glacé à la température insupportable, puis-qu’à cause du manque d’électricité, les réfrigérateurs sont au repos, alors qu’on ne peut pas non plus conserver les bouteilles dans les canaris comme au village pour cause de manque d’eau.

A suivre la sourde oreille que fait le gouvernement, ce n’est pas demain la veille que la galère des consommateurs guinéens va prendre fin.

Aujourd’hui plus que jamais, beaucoup de guinéens  regrettent tout d’abord les années « Lansana Conté et ensuite, la courte période de Dadis Camara avec ses fougues et son franc-parler. Je sais bien qu’il y aura des compatriotes qui me désavoueront.

Mais, dans la vie, il faut respecter les évidences des choses pour pouvoir se projeter dans l’avenir si l’on tient à promouvoir la vérité. Au temps de Dadis, les plus inquiétés étaient les criminels et les trafiquants de drogue. Les voyageurs pour la Guinée ne pouvaient pas frémir de peur pour leur vie une fois arrivés en Guinée. Les citoyens guinéens, même étant de virulents anti-Dadis, se promenaient sans être kidnappés par la police ou la gendarmerie, tabassés et emprisonnés pour raison d’opinion. Alpha Condé le sait très bien. son élection n’a pas changé la donne. Le chômage et la précarité sévissent de plus belle.

Il est facile de comprendre entre les lignes que ça va cailler pour le panier de la ménagère. La loi du marché voudrait que la rareté des produits s’accompagne d’une hausse de leurs prix. Le contexte politique voudrait contrôler tous les prix sur les marchés, la marge de manœuvre des gouvernants est limitée et c’est le consommateur finalement qui va en pâtir. Les guinéens vont vraiment avoir chaud encore?photo station total

Une analyse de Macka Balde  

LIBREOPINIONGUINEE.COM

Comments

comments