Guinée : Face à une opposition amorphe, Alpha Condé ratisse large

0
Photo alpha condé Mamou

Pendant que la classe politique guinéenne reste divisée sur le chronogramme et continue de se lancer des œufs pourris, le président de la République lui, enfin de mandat est en quête d’électeurs à l’intérieur du pays.

Alpha Condé a toujours devancé ses adversaires politiques qui, à chaque fois sont mis devant le fait accompli. En 2010, au second tour de la présidentielle, il avait martelé : ‘’je n’irai pas aux élections tant que je ne suis pas sûr que je vais gagner’’. Sa victoire à cette élection, malgré ses 18% de suffrage au premier qui le mettait presqu’hors orbite avec les 44% de Cellou Dalein, est plus qu’un mérite qu’un exploit. Le politicien a réussi à renverser la tendance en mettant tous les atouts de son côté. C’est pourquoi, la contestation du camp d’en face n’a pu perdurer, obliger d’avaler la pullule malgré tout.
Depuis pratiquement 5 ans, la machine politique d’Alpha Condé n’a cessé de tourner. Toutes les actions entreprises ayant été toujours politiquement mûries avant d’être réalisées. Histoire de préparer un deuxième quinquennat. La majorité simple obtenue par le numéro un à l’issue des législatives de 2013 a tout l’air d’un jeu politique. Puisqu’il fallait calmer les tensions qui avaient atteint leur paroxysme et donner l’impression à l’opinion internationale d’être un démocrate.
Au terme de son premier mandat, Condé qui ne s’est jamais dévêtit de son costume de politicien a lancé très tôt les hostilités. En déclarant qu’il sera réélu dès le premier tour de la présidentielle de 2015. Et pour empêcher ‘’l’opposition la plus bête d’Afrique’’ de suivre son élan, il brouille les pistes. A travers des actes délibérément posés pour distraire l’opposition minée par des querelles intestines de leadership. Qui pour cacher son impuissance face à un ‘’monstre politique’’ cris à l’ethno stratégie.
Pourtant, eux-mêmes (les opposants), ont bâti leur parti sur l’ethnie. Cellou Dalein Diallo (Moyenne Guinée), Sidya Touré, le diakanké soussou (Basse Côte), Lansana Kouyaté (Haute Guinée), Jean Marc Telliano (Guinée Forestière), mêmes les ‘’parasites politiques’’ ne diront pas le contraire. Leur bastion étant tous leur région d’origine.
Résolu à aller coupe que coupe à la présidentielle, selon le calendrier controversé de la CENI, Alpha Condé s’est lancé dans une campagne inédite. Depuis quelques semaines, le président et son gouvernement se sont lancés à la quête d’électeurs. Des visites pompeuses sont organisées dans pratiquement toutes les régions. A l’aide des billets de banque crachouillants et trébuchants, des fortes mobilisations sont organisées. Des délégations sont accueillies entre fanfare et trompettes. Les images de ces mobilisations sont dispatchées partout, à travers les réseaux sociaux. Comme sous le régime défunt de Conté. Afin que personne ne soit surpris demain quoi !
L’opposition qui fait semblant d’ignorer la chose, risque d’être désagréablement surprise. Victime d’orgueil politique et d’enfantillages, elle risque de jouer une nouvelle fois à la victimisation comme elle l’a toujours fait.
La réception grandiose d’Alpha Condé dimanche à Mamou n’a pas laissé l’opposition indifférente. Un responsable de cette opposition banalise la réception, estimant que Mamou est-une chasse gardée du l’UFDG.

avec
Kibanyiguinee.info
(+224) 622 20 95 90

 

 

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici