Conakry les syndicalistes risquent gros face à la crise actuelle qui secoue le pays, a en croire certaines informations obtenues par Libreopinionguinee.com

après cinq jours de grève avec des lourdes conséquences sur le bas peuple, les syndicalistes envisageraient de reculer sur la diminution du prix du carburant.
L’échec des syndicalistes serait suicidaire pour eux même, car le peuple est pris en otage entre les syndicalistes et le gouvernement.

voici le communiqué de l’assemblée nationale après la rencontre avec les syndicalistes hier jeudi.

« Après de large exposée de la situation des centrales syndicales et une analyse approfondie par les honorables députés, les membres du bureau de l’Assemblée nationale ont regretté que suite à des incompréhensions entre les membres du gouvernement et l’inter-central CNTG-USTG, l’on soit arrivé à la situation actuelle. Les membres du bureau de l’Assemblée ont souhaité une suspension provisoire de l’avis de grève afin de permettre un examen et une analyse exhaustive et approfondie de la situation.

Les centrales syndicales estiment que cet arrêt provisoire de ladite grève ne pourrait intervenir que si elles sont assurées de la suppression de tous les barrages non conventionnels, qu’aucune arrestation ne sera opérée pour fait de grève, qu’aucune rétention sur salaire pour fait de grève ne soit pas […]dans le secteur public, quant au cas du secteur privé, qu’une négociation avec le patronat décide de l’issue.
Par ailleurs, les syndicats ont demandé que même si le prix du baril revenait à la hausse, le prix du litre à la pompe en Guinée continuera à être maintenu au prix de 8 000 francs guinéens jusqu’en décembre 2016. Cependant, si la baisse actuelle continue, le gouvernement et les syndicats conviendraient du prix du baril à appliquer à la pompe après la 6ème et la 7ème revue avec le Fonds Monétaire Internationale…

Les engagements de l’Assemblée

S’agissant des points de la plateforme revendicative, l’Assemblée s’engage à inscrire dans la loi des finances rectificative tous les points à incidence financière, notamment la grille salariale ; les primes non encore payées prévues par les statuts particuliers de l’Education et de la Santé ; les budgets de fonctionnement des institutions de protection sociale de la fonction publique.

L’assemblée s’engage à accélérer la mise en exécution de tous les autres points.

Pour sa part, l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG invite tous les travailleurs à une assemblée générale qui aura lieu le vendredi 19 février 2016 à 10 heures à la Bourse du travail. Compte tenu de l’importance de l’ordre du jour, la présence de tous est vivement souhaitée. »

Par LIBREOPINIONGUINEE.COM

(LOG)

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here