La grève illimitée enclenchée par les centrales syndicales, CNTG et USTG, à partir de ce lundi 15 février est relativement suivie à Conakry a constaté notre reporter sur place.

Dans la commune de Ratoma, notamment sur l’axe Hamdallaye-Kagbelen en passant par Bambéto-Cosa-Cimenterie, la circulation est quasiment paralysée. Magasins, boutiques ont baissé leurs rideaux, seulement quelques rares voitures s’aventurent sur cette voie.
Aux heures de pointe, ils étaient nombreux, élèves et autres citoyens à la recherche de la moindre occasion. Certains cherchant à rallier le centre ville et d’autres leurs domiciles.
Pour des raisons de sécurité, certains citoyens font le trajet Cimenterie-Sonfonia à partir d’où ils empruntent le trajet Sonfonia-Lambanyi-Kipé–Taouyah, connu pour son calme et où la circulation est un peu fluide.
C’est le cas de cette citoyenne rencontre au centre émetteur. « Je viens de Sonfonia, j’ai marché jusqu’à Lambanyi avant d’avoir un taxi pour kipé, je vais à Coronthie, à la maison centrale pour rendre visite à mon beau frère qui est détenu là-bas», se confie Saran Kaba.
Aussi concernés par cette grève, plusieurs établissements scolaires sont restés fermés ce lundi. C’est le cas de ‘’Farandole’’, à Taouyah, où le directeur de l’école a demandé aux élèves de rentrer chez eux ce matin. « Je rentre à la maison, nos professeurs ne sont pas venus et beaucoup de nos camarades aussi, donc notre directeur nous a demandé de rentrer directement à la maison », nous a confié un élève de la 9ème année sous le sceau de l’anonymat.

avec kibangny

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here