Grève-Aboubacar Soumah répond à Alpha Condé: « Il n’a qu’à nous réprimer, on est prêt pour ça. Mais »

CONAKRY- L’intrépide syndicaliste Aboubacar Soumah qui focalise toutes les attentions ces dernières semaines en Guinée vient de répondre au Président Alpha Condé qui l’accuse de « rébellion ».

Le Secrétaire Général adjoint du SLECG (syndicat libre des enseignants, chercheurs de Guinée) qui a été interrogé par Africaguinee.com s’est dit déçu des propos tenus par le Chef de l’Etat à son égard. Mais il avertit que la grève continuera tant que leurs revendications ne sont pas satisfaites par le Gouvernement.

« Nous sommes très déçus qu’il tienne de tels propos à notre endroit », a lancé M. Soumah.

Alpha Condé qui ne digère pas le déclenchement de cette grève qu’il a qualifiée de sauvage a menacé de fermer toute radio qui diffusera les communiqués du camarade Aboubacar Soumah.

« Comment quelqu’un peut se lever pour faire la rébellion ? Mais ce qui est encore plus grave, il y a des radios qui diffusent. Or quand quelqu’un fait la rébellion, tu diffuses, tu es complice. Je viens d’informer que désormais toute radio qui diffusera des communiqués de Soumah sera fermée. Parce qu’elle sera complice de la rébellion. Nous ne voulons plus qu’il y ait l’anarchie en Guinée. Les syndicats ne peuvent pas s’engager et quelqu’un se lève pour aller contre ça. C’est de l’anarchie, nous ne l’accepterons plus », a averti le dirigeant guinéen.

Après cette sortie du Chef de l’Etat teintée de menaces, le Secrétaire Général adjoint du SLECG indique qu’il ne se sent plus en sécurité. « Je ne me sens plus en sécurité. Dès l’instant où il a dit ça les forces de sécurité peuvent tomber sur moi », s’inquiète-t-il, alors qu’il était déjà dans le collimateur du ministre de la Justice.

« Le Président n’a qu’à prouver que nous sommes des rebelles. D’ici là nous savons que nous sommes dans la légalité. Aujourd’hui il a le pouvoir, il a toutes les mesures de répression, mais nous aussi on a les travailleurs de notre côté, on a la légitimité. Il n’a qu’à nous réprimer, on est prêt pour ça. Mais on ne reculera pas d’un iota sur ce qu’on a demandé. On maintient notre mot d’ordre de grève », a prévenu le syndicaliste.

A suivre…

Libreopinionguinee avec Africaguinee

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here